Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/01/2015

Atmousfèro 1900 : li fantaumo de l'Oustau 4 de chifro

Atmosphère 1900 : les fantômes de la Maison 4 de chiffre
Atmosphere 1900 : the ghosts of 4 de chiffre house

3371849373.jpg

Le personnel de l'entreprise Gautier-Montserret. Merci à Norbert Michel !

Sur ce document vous noterez la date 8.10.1892. Au centre mon arrière-grand-père (marié à Marie-Jeanne Clérico, de la manufacture de chaussures Clérico, à l'angle de l'avenue des sources). À gauche en costume un dossier dans la main gauche, certainement son associé Montserret. Devant les enfants Gautier qui naîtront tous dans la maison 4 de chiffre. Félix mon grand-père n'est pas sur ce document car il est né... en 1892. Ma mère Ginette Gautier est sa fille.
Je suis à la recherche de tous documents, photos, histoires et anecdotes sur la manufacture de chaussures Clérico et sur la fonderie Gautier-Montserret.

Norbert Michel courriel

Voir aussi : "Cènt an après Gautier-Montserret" (la Maison 4 de chiffre à l'époque)
Voir aussi : "Joseph Pierre Gautier et la fonderie" par Norbert Michel (Pdf)

Voir aussi : "Cènt an après avengudo di Sourso" (la manufacture de chaussures Clérico)
Voir aussi : "Les Clérico" par Norbert Michel (Pdf)

03/11/2014

Cènt an après Gautier-Montserret

Cent ans après Gautier-Montserret
A hundred years after Gautier-Montserret

3772925697.jpg 2278922084.jpg

25/03/2009

Qu'est-ce que ça veut dire ? / What does it mean ? / Que vóu dire acò ?

On l'appelle le "Quatre-de-chiffre" : cela y ressemble, mais ce n'en est pas un...
It's called the "Four-figure" : it looks like, but it is not...
Se nouma lou "Quatre-de-chifro" : se douno d'èr, mai acò n'es pas... Quelques "Quatre-de-chiffre" / Some "Four-figure" / Quauque "Quatre-de-chifro" :

12/09/2008

Cent ans après rue des Teinturiers

Appréciée pittoresque cette rue j'avoue
Manque cruellement de quelques de ses roues

089e5c64b5fcc6660e3a48fb06c2bb7c.jpg 72c371b0c09fc9bd4ad3c25ccb046e68.jpgAvignon a toujours été une cité de fabrication de tissus. Le XVIIIe siècle voit l’apogée de la fabrication des soieries et des indiennes. « Les soyes y occupent un quart des habitants plus de six mois de l'année pour ceuillir les feuilles des meuriers, nourrir les vers à soye, les changer, percevoir les cocons, les porter à leur destination, les étuver afin que les vers périssent, tirer leurs soies, les dévuider, les doubler, les mouliner, les décreuser, leur donner les couleurs et les ouvrer ou les débiter au sortir des teintures, ce qu'on peu aisément, attendu que la convenance de l'air ou des eaux d'Avignon, ou même l'habileté des teinturiers les fait mieux réussir au cramoisi, à l'incarnat et au ponceau qu'en aucun autres endroits de l'Europe. » (sic - 1748) À cette époque, on utilisait les eaux limpides (!!!) de la Sorgue (le canal de Vaucluse), qui viennent de Fontaine de Vaucluse, pour laver les tissus et la rue explosait de couleurs chatoyantes. Dès 1800, cette prospérité passe et sera relayée par la culture de la garance (plante dont on tire une teinture rouge) que l'on réduit en poudre pour la conserver. En 1817, la rue comptait vingt trois roues. On trouvait des fabriques des deux côtés de la rue : des axes de transmission des roues passaient sous la rue à faible profondeur vers les maisons éloignées de la Sorgue. Les roues actuelles et ce qui reste de leurs mécanismes datent du XIXe siècle. Elles sont actuellement quatre en place. N'en manque-t-il pas une cinquième devant la maison Quatre de Chiffre ? Voire une sixième du côté de la Tarasque ? Mais, à quoi servaient exactement ces roues ? Leur force motrice était utilisée pour actionner les machines des "mouliniers à soie" dont le travail consistait à tordre plusieurs fils entre eux afin de les réunir et les consolider.