Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/07/2017

Autougrafe de juliet

Autographes de juillet
Autographs of july

1392120187.png

18 juillet 1952 : première du "Prince de Hombourg" (reprise de 1951).
Autographes de Jeanne Moreau, Jean Deschamps, Gérard Philipe, Monique Chaumette, Jean-Vilar, Jean-Negroni et Jean-Pierre-Jorris. Ce dernier n'a pas joué en 1952 "Le Prince de Hombourg", mais "Lorenzaccio" d'Alfred de Musset ; son autographe a été obtenu à l'issue de cette représentation.

Source Wikipedia.

12/01/2016

Lou primour n'es plus aquèu qu'èro

Le primeur n'est plus ce qu'il était
The primeur is no more what it was

1439196176.jpg

25/07/2015

21°) Jouga !

21°) Jouer !
21°) Play !

3721397649.jpg

04/07/2015

Foto de famiho en 1958

Photo de famille en 1958
Family photo in 1958

1194859519.jpg

1 — Jean-Jacques de Ferday
2 — Jean-Paul Moulinot
3 — Philippe Noiret
4 — André Schlesser
5 — Lucienne Lemarchand
6 — Jean Vilar
7 — Zanie Campan
8 — Gérard Philippe
9 — Lucien Arnaud
10 — Michel Petit
11 — Roger Mollien
12 — Georges Wilson
13 — Jean-Pierre Darras
14 — Maria Casarès
15 — Maurice Coussoneau
16 — Catherine Le Couey
17 — Simone Bouchateau
18 — Monique Chaumette
19 — Georges Riquier
20 — Jeanne Allivelatore
21 — Roger Coggio
22 — Maurice Jarre
23 — Pierre Raynal
24 — Jean Topart

 
3871382654.jpg

18/09/2013

Fernand Sardou

Fernand Sardou
Fernand Sardou

4027361503.jpg

12/09/2013

Antounin Berval

Antonin Berval

1261418080.jpg

Les beaux soirs du music-hall marseillais - Dimanche en France - 04/01/1959.

21/07/2013

Daniè Auteuil

Daniel Auteuil
Daniel Auteuil

1378583509.jpg

Photo X. - D.R.

17/07/2013

Rougier Joubert

Roger Joubert

1108445155.jpg

25/04/2013

Blanco Baretta en 1885

Blanche Baretta-Worms

140969423.jpg
Photo Bacard Fils - Paris - 1885.

Blanche Baretta-Worms (Avignon, 22 avril 1856 - Nemours, 1939)

Blanche Rose Marie Héloïse Baretta est née dans la chambre même où le maréchal Brune avait été assassiné. À treize ans, elle entrait au conservatoire de Paris. Trois ans après, à la suite de brillantes études, elle débutait à l'Odéon. Le succès qu'elle y eut, lui ouvrit les portes de la Comédie-Française, dont elle devint par la suite sociétaire. En 1883, elle épousa le célèbre comédien Worms, également de la Comédie-Française, et porta dès lors le nom de Baretta-Worms qu'elle devait rendre illustre.
Elle brilla particulièrement dans le répertoire classique. Voici ce qu'en disait un critique contemporain :
« Madame Blanche Baretta est le type même de l'ingénue. Jamais personne n'a été et ne sera plus jeune qu'elle : franchise du sourire, grâce enfantine, pétulance, naïveté, violence, etc. »
George Sand, de son côté, pensait :
« Nulle n'exprimera mieux la tendresse, la bonté intérieure, l'émotion du cœur, la pudeur de l'amour qui s'avoue. Elle est la grâce même. Elle est la distinction accomplie dans ses gestes, ses intonations, ses attitudes. »

Georges Brun Ceux d'Avignon 1979. 

« Elle était de ces comédiennes, nous dit de Fouquières, qui exercent leur art comme une mission et dédaignent ces aimables artifices dont on est, au théâtre, trop souvent tenté de faire usage. Elle ne bénéficia pas, comme sa presque homonyme Baletta, de l’appui d’un fastueux et fidèle protecteur. Ses camarades, qui avaient adopté un mode de vie plus brillant, rejetaient quelque peu dans l’ombre cette Henriette, cette Agnès, cette Cassilda, cette Suzanne, dont j’entends encore la voix harmonieuse, s’exprimant avec une exquise limpidité de cœur.
Les grâces physiques dont la nature n’avait pas omis de la parer ne lui furent jamais que des armes mises au service de son talent. Blanche Baretta n’eut pas d’histoire, parce qu’elle méprisait les histoires. Son ménage fut heureux et tranquille. Quand Worms n’était pas à l’affiche les soirs où sa femme jouait, il l’attendait chez le concierge du théâtre, comme un sage petit employé venu chercher sa compagne à la sortie de son travail. Et l’on rentrait tout bonnement chez soi.
Gustave Worms et Blanche Baretta eurent deux enfants : Jean Worms, devenu lui aussi un excellent comédien - et trop tôt disparu - et Rose Baretta. Worms qui aborda aussi la scène, mais de l’autre côté de la rampe : avec de charmantes comédies.
Dès qu’elle eut conscience que son âge - elle n’avait que quarante-six ans et elle était encore surprenante de jeunesse et en possession de tous ses moyens - n’était plus en accord avec ses personnages, Blanche Baretta se retira de la scène, après avoir joué une dernière fois ce rôle d’Henriette qui lui avait valu au Conservatoire son prix de comédie. « Il faut savoir se faire regretter », disait-elle, et ce fut là peut-être l’unique coquetterie de cette grande dame de théâtre.
Elle revenait régulièrement en spectatrice au Français, seule, modeste, effacée. Elle vécut jusqu’à l’âge de quatre-vingt-quatre ans, dans sa villa La Rotonde, à Nemours. »

29/10/2007

Musique danse théâtre

Je vois la ballerine et puis les musiciens
Mais je ne vois pas bien où sont les comédiens

af8657e2be79a47ce2215543b546d9f3.jpg