Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Sèn enebi 106 | Page d'accueil | Estat de la plaço Carnot »

11/02/2018

Cinquant'an après lou garage Sant-Benezet

Cinquante ans après le garage St-Bénezet
Fifty years after St. Benezet garage

1863061469.jpg 4190011800.jpg

Photo AMA 40Fi11.

Commentaires

lisant je me suis dit : y a un garage St Benezet mais ou ?
bien, il y a eu un beau garage blanc, Total avait déjà remplacé Elf mais les 2CV étaient toujours là familières

Écrit par : brigetoun | 11/02/2018

Heureuse époque où l'on achetait l'essence ailleurs qu'au supermarché...

En plus, on était servi !

Écrit par : Alain Breton | 11/02/2018

oh ben dis donc y'a pas photo !!!
On reconnait juste le pan de rocher au dessus du lampadaire...
Et je suis ravie de revoir la 2CV de mon papé (ou une de ses consœurs☺)

Écrit par : Pat | 11/02/2018

Même le rocher n'est pas immuable...

Écrit par : Lucien | 11/02/2018

Pratique pour les voitures de n'avoir pas à entrer dans la ville, une autre manière de concevoir la vie en ville.

Écrit par : fardoise | 11/02/2018

Fardoise, il y avait néanmoins quelques pompistes dans l'intra-muros.

J'ai souvenir de Frandji-Grangeon (carrefour des rues Guillaume Puy et Thiers) , Bernard frères (rue Carreterie face aux Carmes) , sans oublier le garage Royal rue Joseph Vernet, au coin de la rue Calade... et je dois en oublier.

Écrit par : Alain Breton | 11/02/2018

il me semble que le garage Royal était Bd. Raspail.
il y avait aussi Valibouse à Monclar, Aymard à Saint Ruf avec aussi le garage Peugeot , Serris route de Tarascon......

Écrit par : guima | 11/02/2018

Ah oui, j'ai oublié le bd Raspail... il est possible que ce soit là le Garage Royal, mais en tout cas il y en avait bien un rue Joseph Vernet, au coin de la rue Petite Calade.

Et en dehors de l'intra-muros, on avait aussi Lacaze, contre le rempart juste après l'entrée de l'hôpital.

Écrit par : Alain Breton | 11/02/2018

Garage tenu par MR et Mme Soubeyre fin des années 50 et début 60. A côté la fabrique de bateaux et de fibre de bois des frères Didier ( Gaston et Adrien ) .

Écrit par : Rogier Frederic | 11/02/2018

Merci Frédéric. Vous êtes la mémoire vivante du boulevard de la Ligne !

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 11/02/2018

Le garage de la rue Joseph Vernet était là, à droite :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2008/04/25/cent-ans-apres-rue-joseph-vernet-2.html

Quant à Lacaze, il était à côté de la porte "Ste-Marthe" :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2008/06/18/cinquante-ans-apres-lacaze.html
Puis démoli :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2014/12/12/vint-e-tres-an-apres-balouard-limbert-822137.html

N'oublions pas Habram :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2011/01/29/cent-an-apres-habram.html

Rue du Limas, non ?
http://avignon.midiblogs.com/archive/2011/05/30/trento-an-apres-carriero-d%C3%B3u-limas.html

Celui-là aussi, quai St-Lazare :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2012/04/07/cinquanto-an-apres-balouard-sant-lazari.html

N'y en avait-il pas un là aussi, rue du Limas ?
http://avignon.midiblogs.com/archive/2012/04/18/trento-set-an-apres-la-boulenjarie-gilles.html

Un aussi rue Figuière :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2012/10/02/setanto-an-apres-carriero-figuiero.html

Et Catto par là :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2012/10/13/quaranto-an-apres-2-balouard-sant-ru.html

Celui du boulevard St-Roch (Fiat) :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2012/10/13/quaranto-an-apres-1-avengudo-monclar.html

Rue Grande-Fusterie :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2013/01/18/setanto-an-apres-1-carriero-grando-fustarie.html

Catto nouvelle formule :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2014/03/31/desparicioun-802612.html

Le Chêne Noir aussi fut un garage :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2014/12/18/ounte-sian-822626.html

Au début de l'avenue Pierre-Sémard :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2015/04/03/cent-an-apres-routo-de-marsiho-830630.html

Et le Garage du Centre, rue Louis-Pasteur :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2016/05/03/sen-enebi-94-bis-851770.html

C'est tout ce que j'ai en magasin ! :D)

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 11/02/2018

La liste que j'avais commencée était celle des pompistes de l'intra-muros.

Pour ce qui est des "garages de mécanique automobile", effectivement il y en avait à tous les coins de rue (ou presque) ! Mais tous ne vendaient pas de l'essence... ou du "mélange", que délivraient des pompes de plus petite taille (bien visible sur le cliché du jour), avec la grosse molette pour régler le pourcentage d'huile.

Cette époque était aussi celle des Vélosolex, Mobylette et autres Vélovap (ici encore, je dois en oublier !), sans parler des 50 cc italiens qui avaient tous des gueules de bécane de course tout en ne dépassant pas les 45 km/h réglementaires. Enfin, tant qu'on ne les avait pas débridés... toutes ces belles mécaniques se nourrissaient de mélange pour moteur 2 temps.

On pourrait d'ailleurs étendre la liste aux vendeurs-réparateurs de 2 roues, Galateau (rue des 3 Faucons et son atelier rue du Chat), Lazard place Pie, Recordont place Carnot, et un sympathique italien dont j'ai oublie le nom à l'entrée de la rue Carreterie. Liste évidemment très peu exhaustive !

Michel, ton tout dernier "garage du centre" était à l'enseigne de Jacques Frandji. Un parent de la station-service de la rue Guillaume-Puy (ou le même propriétaire)??? Il me semble qu'il s'est transformé en garage tout court, i.e. en parking.

Écrit par : Alain Breton | 11/02/2018

Oui, Alain, j'ai volontairement omis les deux roues, beaucoup de pompes !

Frandji a repris le gare de quelqu'un d'autre chez qui j'allais mais dont j'ai oublié le nom...
(Années 80 je pense...) Et puis, oui, c'est devenu un parking seulement.

Je ne lime plus les carburateurs aujourd'hui... :D)

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 11/02/2018

à l'époque, j'avais une 125 Terrot c'était une quatre temps ,on frimait avec le petit guidon italien et la longue selle! Il y avait moins d'imprudents et d'accidents que maintenant avec leur petit 49 trafiqués.
pour l'entretien il y avait un garage rue Joseph Vernet dont j'ai oublié le nom, mais le plus souvent c'était Hommaire, "Motobécane" dans Saint Ruf, ancien coureur qui nous faisait les réglages.
nous prenions de l'ordinaire chez Aymard, maintenant devenu une agence de la Caisse d'Epargne à l'angle du Bd Gambetta.

Écrit par : guima | 11/02/2018

@ Guima :

Rue Joseph Vernet il y avait au 1bis le marchand de cycles Renoud-Grappin, dont Lou Ravi a parlé ici :

http://avignon.midiblogs.com/archive/2015/01/23/cent-an-apres-2-carriero-jouse-vernet-825583.html

et dont j'ai rectifié le nom (vu que c'était le père d'une de mes copines) là :

http://avignon.midiblogs.com/archive/2015/03/02/memori-de-crespimen-828316.html

Écrit par : Tilia | 12/02/2018

Pour Terrot je pense plutôt à Vacca, plus bas (angle avec St Charles) Il me semble qu'une photo a été publiée sur ce blog. Bel inventaire que l'on pourrait continuer tant il y avait de reparateurs de mécanique.

Écrit par : Lou Ravi | 12/02/2018

J'avais déjà fait cette comparaison sous un angle un peu différent :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2016/05/10/cinquant-an-apres-balouard-de-la-ligno-852124.html
(Commentaires intéressants.)

Quant à Terrot / Vacca, il était 88 rue Joseph-Vernet :
https://www.google.fr/maps/@43.9456709,4.8038802,3a,90y,248.43h,111.99t/data=!3m6!1e1!3m4!1sQ27BFjsC8wMEL5DD92s5Kg!2e0!7i13312!8i6656

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 12/02/2018

Au moto-club, les amateurs de Terrot étaient appelés les Terro(t)-ristes.

Evidemment, à la charnière des années 1960/1970, nous ne nous doutions pas de ce que cela pouvait être...

Écrit par : Alain Breton | 12/02/2018

Moi c'était en 56-58 avant le service et je ne connaissait pas cette appellation.

Écrit par : guima | 12/02/2018

Ha comme je regrette les moteurs deux temps, même pour les voitures, DKW, Volvo etc.

Écrit par : wilfrid | 16/02/2018

moi je me souviens de la Panhard-Dyna et son bruit de casserole avec ses deux cylindres.

Écrit par : guima | 16/02/2018

Ah oui ! Les Pan-pan… leur petit bicylindre était malgré tout un concentré de technologie (soupapes rappelées par barre de torsion, culbuteurs à rattrapage de jeu hydraulique, cylindres à ailettage rapporté et culasse intégrée, roulements à aiguilles et galets sur un vilebrequin assemblé à la presse… et bien d’autres choses), qui n’avait qu’un très lointain rapport avec un autre bicylindre bien plus rustique, celui de la 2cv.

Dommage que les concepteurs de ce petit chef d’œuvre de mécanique (pour les années 1950) ne se soient pas penché dès le début sur la question de la ligne d’échappement, qui était trop légère, mal isolée et filtrait trop peu les bruits de fonctionnement. Cet aspect n’est devenu vraiment satisfaisant qu’avec les derniers modèles, PL 24 et autres. Et entre-temps, la marque s’était fait la réputation d’une mécanique bruyante… alors qu’elle était simplement brillante.

Écrit par : Alain Breton | 16/02/2018

Écrire un commentaire