Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Avignoun au XVIIe siècle | Page d'accueil | La lumiero es au bout »

16/12/2017

Li pescadou

Les pêcheurs
The fishermen

1836493504.jpg

Commentaires

heureux temps où c'était possible…

Écrit par : brigetoun | 16/12/2017

Belle époque, où les aloses ne sentaient pas encore le fuel !

Une berge bien rocailleuse...
Le photographe ne devait pas être loin du viaduc ferroviaire... si il était déjà construit.

Écrit par : Tilia | 16/12/2017

Le Rhône n'a pas de problème avec les hydrocarbures, bien que je soupçonne des dégazages nocturnes des cuves du Pontet, mais avec une pollution inodore à base de métaux lourds, radioactivité, mais principalement de pcb.

Écrit par : wilfrid | 16/12/2017

Vu la proximité du pont suspendu, je pense que nous sommes en aval des allées de l'Oulle dont on voit les arbres sur la droite.
Il y a à cet endroit une sortie de sorgue qui vient de la porte St-Dominique, dont les effluves attirent très certainement les poissons...
http://avignon.midiblogs.com/archive/2011/11/11/setanto-an-apres-uno-sorgo-porto-sant-dom.html
http://avignon.midiblogs.com/archive/2011/11/11/cent-an-apres-uno-sorgo-aleio-de-l-oulo.html
http://avignon.midiblogs.com/archive/2011/11/17/cent-an-apres-la-sorgo-porto-sant-doumenge-3.html

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 16/12/2017

Très intéressant ! Il y a le poisson qui frétille, les longue cannes et un de ces toumbo-lèvo dont on a déjà parlé (carrelet à balancier, le filet est ici immergé). La quantité de poissons qu'il fallait sortir de l'eau était telle que l'on ne pouvait guère le faire sans l'aide de cette perche articulée.
Plus loin des hommes se servent à bon compte de pierrailles en les brouettant sur une barcasse. On voit les tas des blocs déjà rassemblés.
Derrière le photographe se trouvent les pontons du parc des équipages (7e Génie).
Enfin, au fond, tout près de la première pile du pont, on devine le bateau-piscine tout habillé de bois.

Écrit par : Lou Ravi | 16/12/2017

Nos comms se sont croisés. On est effectivement tout près de la sortie du canal de Vaucluse.

Écrit par : Lou Ravi | 16/12/2017

Les deux dernières photos des deux articles :
https://unmondedepapiers.com/2014/10/14/dautres-photos-davignon-et-du-rhone/
https://unmondedepapiers.com/2015/02/16/le-rhone-a-avignon-les-pontonniers-au-travail-vers-1900/

Écrit par : Frédéric Viallon | 16/12/2017

Sur l'avant dernière photo du deuxième lien donné par Frédéric on voit les barques de ce "parc des équipages" (On connaît plutôt sous ce nom les entrepôts et dépôts du boulevard Limbert).
Que pouvaient bien prendre ces pêcheurs ? Probablement pas des aloses qui, en saison uniquement, ne fréquentaient que les eaux plus vives de la rive droite, mais des ablettes, goujon, barbeaux, lamproies, anguilles, silures ??? Si un pêcheur ou Frédéric Rogier passe par là...

Écrit par : Lou Ravi | 16/12/2017

J'ai pêché dans le Rhône 1 barbeau et 1 anguille en tout dans ma vie. :D)
Et pas du tout loin de là !

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 16/12/2017

Je pêchais dans cette sortie ST dominique a l époque non couverte. Ablette gougeon barbeau. Et de nuit nous posions des anguillères remplies de mourguettes avec mon grand père .A partir de
1970 il n a plus été possible de consommer les poissons du Rhone

Écrit par : Rogier | 16/12/2017

Rogier l'interdiction de vente des poissons est beaucoup plus récente, le dernier pécheur professionnel posait ses nasses derrière ma péniche jusqu'au début des années 2000. Il n'est pas interdit d'en consommer mais d'en vendre, la consommation de quelques poissons ne fait pas dépasser les limites sanitaires.

Écrit par : wilfrid | 16/12/2017

Le problème n est pas juridique. A partir des années 70 les poissons du Rhône avaient un goût d hydrocarbure qui les rendait inmangeable. Enfin question de goût. Cela bien avant que soit constatés les dégâts des pcb. Bien sûr les aloses qui remontaient de la mer n étaient pas concernées

Écrit par : Rogier | 16/12/2017

Merci, Rogier, de confirmer ce que je disais plus haut.

En 1972, nous avons jeté les deux aloses pêchées par mon futur époux dans le Rhône vif de l'époque (route d'Aramon) tellement elles empestaient la cuisine quand elles ont commencé à cuire dans le four !

Écrit par : Tilia | 17/12/2017

Et bien j'ai vécu sur le fleuve de 1990 à 2009 et je n'ai trouvé l'eau et les poissons absolument pas pollué par les hydrocarbures, je n'en mangeais pas, trop d'arêtes, mais comme je l'écrivais plus haut le pécheur professionnel vendait ses poissons aux halles, peut-être une pollution ponctuelles? de Lyon, la vallée de la chimie?

Écrit par : wilfrid | 18/12/2017

Je pêchais dans cette sortie ST dominique a l époque non couverte. Ablette gougeon barbeau. Et de nuit nous posions des anguillères remplies de mourguettes avec mon grand père .A partir de
1970 il n a plus été possible de consommer les poissons du Rhone

Écrit par : Rogier | 20/12/2017

Les commentaires sont fermés.