Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Revenisse lèu | Page d'accueil | L'HistoPad »

22/10/2017

La toumbo de Fanot

La tombre de Fanot
The tomb of Fanot

856090000.jpg 2645799879.jpg
1002748019.jpg

La tombe de Clément Fanot se signale par une grosse cloche : le sonneur de Saint-Didier qui reprit l’harmonie du carillon, perdue depuis la Révolution et à qui Roumanille donna la notoriété en faisant de lui le héros de sa "Campano mountado". Beaucoup vinrent l’écouter.
« Nous n'avons pas inventé le héros de notre poëme : voir la France musicale du 5 juin 1853 (n°23), qui a révélé à Paris et au monde, urbi et orbi, l'existence, en chair et en os, de l'incomparable original que nous avons vainement tenté de copier. Clément Fanot n'est pas seulement un immortel carillonneur, il est encore auteur de quatre Annuaires indicateurs d'Avignon et de Vaucluse, aujourd'hui épuisés : 1847, 1848, 1850 et 1854. Quand il affirme qu'il est homme d'adresses, Clément peut être cru sur parole ! »
Joseph Roumanille "Lis oubreto en vers" 1864.
 
Voici le Guide Fanot 1868 :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5726531c
875715913.jpg

Selon l'arrière arrière-petit-fils du poète, Pierre Hugo, Joseph Roumanille rencontra plusieurs fois Victor Hugo et ils visitèrent ensemble l'église St-Didier. Dans cette église avignonnaise, Hugo put discuter avec le sonneur de cloches Clément Fanot, un homme difforme et romanesque..."tout jeune encore et déjà fort épris de l'amour des cloches"... et qui fut à l'origine du personnage de Quasimodo.
Clément Fanot est né à Cairanne le 23 décembre 1809.

Merci à Maurice Guibaud qui m'a inspiré ce sujet !
Lire aussi :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2013/05/15/lou-campa...

Commentaires

il a une bien belle tombe notre sonneur qui n'était pas Quasimodo, Monsieur Hugo

Écrit par : brigetoun | 22/10/2017

Je m'aperçois qu'il faut que je retourne photographier la plaque :
Clément Fanot a-t-il été marié trois ou quatre fois ???

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 22/10/2017

Si c'est bien lui sur la gravure, il n'a pas l'air "difforme" ...

Merci pour la citation de "Lis oubreto en vers"

Écrit par : Tilia | 23/10/2017

Cela ne se verrait pas sur son portrait, mais peut-être était-il bossu et boiteux ?

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 23/10/2017

bonjour Michel.
merci beaucoup pour cette belle histoire d'oree.comme écrivaine ca mintéresse a considerer le fil de la réalité qui se faufile dans l'histoire.
et voici un roman qui appartient aussi a l'heritage francophone canadienne.

je t'embrasse.

Écrit par : madeleine | 24/10/2017

A le voir ainsi on n'imagine pas, en effet, son infirmité.

Écrit par : Lou Ravi | 25/10/2017

Écrire un commentaire