Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Brigetoun "Nous soubra la calour" | Page d'accueil | Au founs de l'in-pace... »

03/08/2017

Cènt ans après balouard de la Ligno

Cent ans après boulevard de la Ligne
A hundred years after Ligne boulevard

1069015709.jpg 2317337582.jpg

Commentaires

ça manque de maisons :-)

Écrit par : brigetoun | 03/08/2017

et même les anciennes bâtisses (enfin rempart, tours...) ont perdu des puerres

Écrit par : brigtoun | 03/08/2017

Dommage pour ceux qui habitaient là, mais c'est bien mieux pour nous...

Écrit par : Lucien | 03/08/2017

Je reste dubitatif, c'est bien de dégager les remparts, mais une ville peut elle se transformer en musée en restant vivante?

Écrit par : wilfrid | 03/08/2017

Récurrente question, Wilfrid...
Pour ma part, en ce qui me concerne, personnellement, moi, j'aime bien les musées ! :D

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 03/08/2017

Grâce à l'enduit de la construction démolie le rempart accueille des affiches...Petit mystère pour moi: où était l'échelle des crues que l'on voit aujourd'hui gravée dans le rocher ? Il paraît que cette échelle est fausse et qu'elle aurait été déplacée. Qui saurait ?

Écrit par : Lou Ravi | 03/08/2017

Derrière les maisons ou pas ? Frédéric Rogier saurait-il ?

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 03/08/2017

Selon une hypothèse d'Odile Layrisse le tableau, aujourd'hui nettement visible, pourrait avoir été réalisé à l'origine sur le mur d'une des maisons démolies ou correspondre à un "récapitulatif" de hauteurs d'eau marquées sur diverses constructions voisines. Mais curieusement les plus grandes inondations sont absentes...

Écrit par : Lou Ravi | 03/08/2017

Frédéric Rogier :
« Il y avait une échelle des crues sous la vierge qui est maintenant au pied des escaliers du rocher des doms. L ensemble se trouvait sur la façade de la maison la plus haute de la photographie. La première construction plus basse jouxtant la tour des chiens était déjà détruite dans mon enfance (années 50 ). »

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 03/08/2017

Serge Graves :
« Marc Maynegre nous a effectivement appris, lors de l'un de ses après-midi savant, que cette échelle est fausse d'un mètre. »

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 03/08/2017

Merci pour ces infos. La regrettée Odile Layrisse n'est plus là pour nous éclairer...Maynègre, Mazet, Clap ou d'autres devraient pouvoir confirmer. Ce que nous dit Frédéric (qui est le mieux placé pour la connaissance de ces lieux !) nous oriente vers un déplacement ou un report des inscriptions sur la maison démolie. Les lacunes viendraient-elles de l'absence du "graveur" lors de certaines inondations ?

Écrit par : Lou Ravi | 03/08/2017

aaah le quai de la Ligne
Mes grands parents sont arrivés en 1945 à Avignon avec leurs trois premiers enfants, dont ma mère. Ils ont habité là. Ces maisons, aussi "esthétiques" puissent elles vous sembler étaient des taudis que les plus pauvres habitaient. l'eau était à la pompe en bas, et si c'était pas byzance, mes oncles se sont beaucoup amusés en grimpant sur les remparts. Quand ils ont déménagé pour les nouveaux immeubles de Champfleury en 1959, avec trois enfants de plus, ils ont connu pour le première fois l'eau courant, le chauffage, le confort, quoi.
Et surtout, finies les crues... parce que dans les années 50 en tout cas, m'ont ils raconté, les crues arrivaient au niveau du deuxième étage de la maison la plus à gauche, et déclenchaient une évacuation des habitants, qui revenaient une fois le rhône rentré dans son lit. La encore, les enfants en ont un souvenir plus positif: ils allaient à l'école en barque avec les pompiers

Écrit par : cof | 23/08/2017

Merci cof !

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 23/08/2017

Le commentaire de cof montre que la nostalgie du "bon vieux temps" doit toujours être sérieusement tempérée...

Écrit par : Frédéric Viallon | 24/08/2017

Écrire un commentaire