Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Lou gèni de la fèsto | Page d'accueil | Atmousfèro 1907 : à l'espousicioun »

17/05/2017

Lou croustet dóu 157e

Le casse-croûte du 157e
The snack of the 157th

890974415.jpg

Commentaires

vraiment sympathiques ces photos que tu déniches

Écrit par : brigetoun | 17/05/2017

Joyeuse tablée de soldats momentanément casernés à Avignon. Où sont-ils ? J'ai bien une idée. Sans certitude: tout à côté d'un endroit bien connu.

Écrit par : Lou Ravi | 17/05/2017

On pourrait penser à une avenue qui porte le nom du régiment qui casernait à cet endroit !
Hypothèse douteuse :
157 serait-il le numéro du régiment ? Dans ce cas on serait sans doute en 1916.

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 17/05/2017

Non, dans mon hypothèse aucun rapport avec des noms derue ou place. Et à l'époque le lieu n'était pas célèbre.

Écrit par : Lou Ravi | 17/05/2017

Oui, mais à cet époque, ce lieu était peut-être dans une caserne...
Car nous voyons le côté intérieur du rempart.
Sinon l'hôtel-dieu.

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 17/05/2017

Si c'est l'intérieur des remparts, pourquoi ne pas imaginer ce qui deviendra le mess des officiers rue ND des 7 douleurs avec son entrée principale Bd. Limbert.

https://www.google.fr/maps/place/Boulevard+Limbert,+84000+Avignon/@43.9475613,4.8179765,3a,75y,16.14h,80.86t/data=!3m7!1e1!3m5!1sf3wZB0HqnbmZJZCbzDe-cw!3e11!6s%2F%2Fgeo2.ggpht.com%2Fmaps%2Fphotothumb%2Ffd%2Fv1%3Fbpb%3DChAKDnNlYXJjaC5UQUNUSUxFEiAKEgl_tVGccOy1EhFX_c6VfWeAUyoKDQAAAAAVAAAAABoECFYQVg%26gl%3DFR!7i13312!8i6656!4m5!3m4!1s0x12b5ec709c51b57f:0x5380677d95cefd57!8m2!3d43.9467655!4d4.8174197!6m1!1e1?hl=fr

Écrit par : guima | 17/05/2017

On est bien sûr à l'intérieur puisque l'on voit le contre-mur. C'est peut-être farfelu mais parmi toutes les hypothèses que l'on peut faire, il y a celle-ci: on est à côté du Mur des Offrandes. Je ne vois pas trop ces militaires poser ainsi tout près d'une caserne. L'endroit a l'air d'être comme en encoignure avec une pierre à droite, au sol, et ce qui a l'air d'être une autre pierre, une marche, peut-être à gauche. Ces galets caladés me font penser à ceux qui sont à côté du puits.

Écrit par : Lou Ravi | 17/05/2017

Lou, la hauteur des rangs de pierres de parement ne correspond pas :
http://avignon.midiblogs.com/images/DSCN2413_.jpg

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 17/05/2017

Le 157e régiment d'Infanterie alpine (RIP) aurait-il fait escale dans la caserne du 58e R.I. ?

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 17/05/2017

La hauteur à pu varier. Il faudrait comparer le détail de l'appareil. La "calade" actuelle est-elle une fantaisie ou la reprise d'une ancienne ? Dans tous les cas il faut chercher du côté de l'apparition, perpendiculairement au rempart, d'une rupture de la continuité du cheminement intérieur. Au profit d'un autre ou de quelque chose d'autre. Le 157e pouvait être là pour des manoeuvres conjointes.

Écrit par : Lou Ravi | 17/05/2017

Le niveau du sol a évidemment pu varier depuis la Belle-Epoque.

Mais pas la partie haute du contre-mur ! en descendant à partir de l'assise formée d'une alternance de carreaux et de consoles portant la banquette supérieure, on trouve des assises de hauteur basse, moyenne ou haute avec ici ce rythme :

M
M
B
M
M
H
H

Ce qui ne correspond absolument pas au rythme proche de la Poterne de la Banasterie.

Il faudrait, un jour avec du temps devant soi, se payer la promenade à pied le long du contre-mur pour retrouver l'endroit...

Autre élément, les deux "157" me semblent bien bizarres... (en plus, un sur le pan gauche de la veste, l'autre à droite...) ne pas oublier qu'à l'époque, la retouche des négatifs était une pratique courante et que bien des Paganini de l'aérographe et du pinceau suppléaient ainsi aux lacunes de leurs clichés !

Écrit par : Alain Breton | 17/05/2017

Alain, j'ai bien pensé comme toi pour la successions de rangs de pierre.
J'ai fait un petit tour des lieux probables avec Google Maps et Mappy : rien trouvé.
Je suis persuadé que les "157" s'ils ne correspondent pas à un numéro de régiment, sont bien inscrits à la craie sur les vestes. Ils sont d'ailleurs manifestement de deux mains différentes. On est autour de la guerre de 14, le régiment de passage est hébergé, il s'agit de ne pas confondre les appartenances. C'est pourquoi j'ai pensé au 157e (RI ou RIA – pas RIP –, je n'y vois pas encore clair).

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 17/05/2017

L'historique du 157e est sur le net. Une unité devait être de passage (à caserne des passagers ?) à l'occasion de quelque manoeuvre (?). On va bien finir par trouver à quoi correspond cette calade perpendiculaire qui m'avait fait faire un rapprochement avec celle, moderne, autour du puits, derrière les Pénitents Noirs.

Écrit par : Lou Ravi | 18/05/2017

D'après un ami, il y a bien un 157e RI et un 157e RIA. Il semblerait que le régiment alpin ait été versé dans le 157e d'infanterie avant d'être envoyé sur la Marne. Il apparaît aussi que le 157e RIA a été pulvérisé à Verdun. Ces jeunes gens n'en sont peut-être pas revenus.

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 18/05/2017

Les commentaires sont fermés.