Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Plaço Pío en 1962 | Page d'accueil | Atmousfèro 1968 plaço dóu Reloge »

30/04/2017

Plaço Pío dins lis annado 60

Place Pie dans les années 60
Pie square in the 60's

3789243510.jpg

Commentaires

plus trace d'eux

Écrit par : brigetoun | 30/04/2017

quelques années plus tard on y trouvait "Nicoroi"

Écrit par : guima | 30/04/2017

J'ai connu Nicoroi rue Florence à l'ancien emplacement du Crédit Coopératif (actuel labo d'analyses).

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 30/04/2017

Un centre animé, commerçant et convivial...Le Centenaire et son patron dont j'ai oublié le nom, Les Charcuteries Morey, le Commercial, la droguerie Dany...Je ne pense pas que Nicoroi existait dans les années 60 (ici on serait plutôt à la fin des 60's me semble-t-il). Et ce grossiste-détaillant était plutôt, effectivement, rue Florence.

Écrit par : Lou Ravi | 30/04/2017

Quelle nostalgie ! Le patron du centennaire etait Monsieur Normand ancien joueur de rugby, que j'ai bien connu car il etait le propriétaire de l'immeuble a qui mes parents louaient le premier etage, la ou on voit les volets gris ouverts ou mon pere avait fait poser'des contreplaquets a l'interieur des persiennes. les Fortiers habitaient au dessus. Une ancienne avocate qui avait un fils avec lequel on allait acheter les ingredients a une pharmacie et a la droguerie d'à côté pour fabriquer des petards et fusées dans un mini labo qu'il avait aménagé dans les combles !! Il a malheureusement disparu un jour tragiquement... pas su si c'etait un accident ou suicide.
On partageait un wc au 3 eme !
Rudimentaire a l'epoque...

Écrit par : Christian | 01/05/2017

Normand tenait le PMU au fonds du bar. C'etait une epoque ou les gens fumaient beaucoup. Les jours de courses, je me rappelle que la fumée de cigarette s'infiltrait a travers le plancher. Le matin ca puait le tabac froid. Donc la première chose qu'on faisait en arrivant c'est d'ouvrir en grand les fenetres ! C'est ce qu'on'peut constater sur le photo...
Le commercial etait tenu par làfamille Guigues. Me souvient plus du nom du droguiste mais ca devrait me revenir. Juste apres il y avait le salon de coiffure ou jean-marie me coupait les cheveux en brosse ! Un jour il avait décidé de me les couper a plats, vous dit pas la colère de mon père !!! Mais depuis grâce a lui j'ai gardé cette 2eme version...
Plus loin il y avait la tres bonne patisserie Bernard qui faisait des pains a la saucisse merveilleur.
Me suis fait renversé par une amigo en revenant de la patisserie et mon pain a la saucisse a roulé dans le caniveau. C'est mon coiffeur jean-marie qui m'a aidé a me relever et m'a ramené chez mes parents.

Écrit par : Christian | 01/05/2017

Mais cette photo date plutot a mon avis de la fin des annees 60, plus proche de 1970 et pas de 1962, d'abord parce qu'on y voit 2 renault 16 ; or celles ci on commencé a etre produites en 1965...
Et je confirme Nicoroi etait a la place de l'ancien credit cooperatif. Son "inventeur" etait de Marseille, Monsieur Nicolas, ou etait d'ailleurs le siege social. Ce commerce a ete fermé en 1981 apres liquidation

Écrit par : Christian | 01/05/2017

Et nous avons emménagé l'été 1965.
Le contreplaqué avait été posé car le bas des volets etait pourri par la pluie qui rebondissaient sur la marquise du bar.
A voila, la droguerie etait tenue par Madame Bord.

Écrit par : Christian | 01/05/2017

Bonjour Christian et merci pour toutes ces infos !
Je me souviens de ce drame et de l'escalier derrière la porte. À l'époque on disait que notre copain s'était pendu... Son nom ne me revient pas.

Écrit par : Michel Benoit | 01/05/2017

Me semble que c'etait michel fortier si mes souvenirs sont bons. Oui on l'a retrouvé pendu a la porte de la chambre avec une ceinture ; s'agissait t il d'un suicide ou d'une enieme experience dont il avait le don de lancer... je n'en ai pas su plus.
L'escalier etait tres etroit et en colimaçon. J'avais du mal a y garer mon velo (un routier peugeot acheté chez alphonse Allais juste à côté).
Cet escalier s'est écroulé un jour sous le poids d'un imposant visiteur de mon père, sans qu'il se fasse mal, mais il etait lui même écroulé de rire au milieu des gravats.

Écrit par : Christian | 01/05/2017

Oui, Fortier. En prononçant le T comme un T et non comme un S.
J'ignorais que cet escalier, effectivement étroit, ce fut écroulé.
Confidence pour confidence, j'eus un routier Peugeot de chez Alphonse Allais... :D

Écrit par : Michel Benoit | 01/05/2017

Oups, milles excuses, c'etait aldo allais et non alphonse allais célèbre humoriste...
Et pour l'escalier, c'est sous le poids de raymond filliere qu'il s'est affaissé !

Écrit par : Christian | 01/05/2017

Exact ! Aldo ! Je me suis fait avoir également !
Amusant l'anecdote de Raymond Fillière.

Écrit par : Michel Benoit | 01/05/2017

Merci pour tous vos commentaires de vie , c'est agréable

Écrit par : Eric Crescenzo | 02/09/2017

Écrire un commentaire