Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Atmousfèro 1900 : la barco à traio | Page d'accueil | Avèn reçaupu la caudiero au jour de vuei »

04/03/2017

Atmousfèro 1900 : Francelino au bord dóu Rose

Atmosphère 1900 : Franceline au bord du Rhône
Atmosphere 1900 : Franceline at the Rhône's edge

267536224.jpg

"Avignon - Le Pont Saint Bénezet vers 1886. Lisant sur la berge, Edmond et Jeanne (assise)."
Photo Franceline Chabrier de Lafongt. Mais où a-t-elle grimpé pour prendre cette photo ?

Commentaires

sur certaines photos on peut voir une stèle avec une croix, cela lui a peut être servi de piédestal ?

https://www.google.fr/search?q=croix+au+bord+du+rh%C3%B4ne+avignon&newwindow=1&biw=1120&bih=529&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjp6Iv2ubvSAhUCPRoKHQt_Ar0Q_AUIBigB#newwindow=1&tbm=isch&q=bac+%C3%A0+traille+au+bord+du+rh%C3%B4ne+avignon&*&imgrc=jnAJZiil435NzM:

Écrit par : guima | 04/03/2017

À mon avis la photographe n'est pas "perchée" mais bel et bien sur le chemin de halage, c'est le Rhône qui est étonnamment bas !...
Ça se voit bien aux piles du pont et au niveau sur l'autre rive :

http://avignon.midiblogs.com/archive/2015/03/17/cent-an-apres-lou-bateu-lavadou-829470.html

C'est vraiment que le niveau du Rhône soit si bas en hiver, non ?...

Écrit par : Tilia | 04/03/2017

rectification :

C'est vraiment bizarre que le niveau du Rhône soit si bas en hiver, non ?...

Écrit par : Tilia | 04/03/2017

Bien d'accord avec Tilia, ce sont les eaux qui sont basses...

Pour le reste, Whiskipédia nous dit que "Le Rhône aval présente un régime hydrologique inverse de celui de son cours supérieur avec de hautes eaux de printemps et d’automne et de basses eaux en été et en hiver."

Donc rien de bien anormal !

Pour la datation du cliché, incontestablement hivernal vu l'état de la végétation, les parties hautes de la tour de la Campane nous renvoient plutôt avant 1900, mais pas de beaucoup !

A noter aussi l'absence de végétation le long des remparts.

Écrit par : Alain Breton | 04/03/2017

Je pense que la croix était plus en amont, à peu près là ou une nouvelle a été érigée. Quand a-t-elle disparue? Et de quand date la nouvelle?

https://collection-jfm.fr/uploads/product_image/337517/zoom_593.jpg

http://avignon.midiblogs.com/media/01/00/f3859ae16f3dbcd89a4d75124ffdf8ba.jpg

maintenant en cherchant je suis tombé sur la curieuse histoire d'un pilote allemand qui serait passé sous le pont suspendu et aurait heurté et cassé la traille, mais du côté de l'île Piot, bizarre....

http://sudwall.superforum.fr/t3461-crash-d-un-ar-96-vers-avignon

Écrit par : wilfrid | 04/03/2017

Habituelles basses eaux hivernales. Le bateau-lavoir n'est plus au fil de l'eau. Je me demande ce que montre le jeune homme.
Wilfrid, j'avais oublié les photos de ce Militaria allemand. Il y a une confusion dans les commentaires sur ce site: le bac à traille est ici celui installé par les allemands au niveau des allées de l'Oulle et l'avion se dirigeait Est-Ouest. Il s'est abîmé au niveau de l'île Piot. Je ne sais pas si le câble fut cassé comme ce fut le cas pour celui de l'Antoinette (vue sur les clichés d'hier) par un autre avion allemand qui alla s'écraser plus loin, en amont du pont Saint Bénézet. Alain Breton: où est situé le crash dont photo est aux archives ?

Écrit par : Lou Ravi | 04/03/2017

Je pense d'un virage relevé du vélodrome ou arène .J'aime Avignon dans son jus

Écrit par : Michel Bourgue | 04/03/2017

La période avignonnaise de Franceline Chabrier de Lafongt va de 1887 à 1905.
Cette photo est légendée : "...Au premier plan, Edmond et Jeanne (lisant)".
Je vais améliorer ma légende...

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 04/03/2017

La photo dont je parle plus haut est aux Archives Départementales, série Fi. (je n'ai pas mes notes sous la main, pas possible d'en dire plus). Je ne me souviens pas non plus du lieu précis du cliché, à supposer qu'il soit identifiable aussi clairement que ceux du site Militaria : hangars de la Petite Vitesse et, surtout, immeuble du fond du Bd Raspail.

Par contre j'ai souvenir d'avoir identifié l'appareil comme un FW 190, qui diffère notablement de l'Ar 96 par son gros moteur en étoile... mais dans mon souvenir il était bien dans la position que montre le site Militaria, i.e. sur le dos et le train en l'air.

A ce propos, je me repose encore la même question, comment un avion supposé avoir percuté un câble en vol peut se retrouver au sol le train sorti ???

Le tout est à contrôler sur le cliché AD que je vais essayer de retrouver !

Écrit par : Alain Breton | 04/03/2017

Errata : il y a deux fois la même photo sur le site d'origine, avec deux légendes différentes !
Sur la seconde photo il est légendé "vers 1886". Ce qui confirme les dires d'Alain.

Écrit par : Michel Benoit | 04/03/2017

Quelques constatations :
— Quelque soit l'étiage du Rhône, je trouve la photographe bien loin du sol.
— À cette époque le Rhône doit s'étendre un peu plus sur la Barthelasse.
— En comparant sur des photos la distance entre la croix et le ponton, on s'aperçoit qu'au début du siècle la croix était beaucoup plus près de l'eau (aurait-elle été reculée ?)

En regardant la carte, il apparaît que Franceline se trouve sur la terrasse du Pavillon Bleu !

Écrit par : Michel Benoit | 04/03/2017

Oui, mais alors le cadrage ? Et pourquoi pas un de ces blocs de pierre qui jalonnaient le chemin de halage ?
Je suis en train de relire quelques ouvrages au sujet de l'avion et le câble du bac: Bailly en parle mais sans dire le type d'appareil. Guérin parle d'un Messerschmitt sans plus de précision. Aliquot évoque les souvenirs de Mariette Trinquier la fille du gardien du pont St B. "Elle se souvint de cette soirée du 8 septembre 43, lorsqu'un avion-école allemand, un Messerschmidt (sic) biplace a tenté de passer sous le pont suspendu (comme l'autre avion...). Dans son approche ila heuté et coupé le filin du bac à traille du rocher des Doms; l'un des deux pilotes réussit à sauter et survécut; l'autre, Ernest Kohler, 39 ans, réussit à ouvrir son parachute, mais trop bas, il fut aspiré par un tourbillon près de la berge et se noya".

Écrit par : Lou Ravi | 04/03/2017

Merci Michel pour le Pavillon Bleu.

J'étais justement en train de chercher à quoi peut bien correspondre le rectangle de lumière visible sur les cuisses d'Edmond et sur une partie du torse et des jambes de Jeanne, dont l’attitude, tête penchée pour s'abriter sous le bord de son chapeau, laisse à penser qu'elle a le soleil dans les yeux.

Je pensais au reflet de la lumière solaire sur la vitre d'un véhicule, genre camionnette. Mais l'idée de la baie vitrée d'une maison, ou d'une véranda, est plus éclairante :-)

Écrit par : Tilia | 04/03/2017

je suis un perdu, et perdu le fil de la discussion !

de quelle carte parle Tillia:?

Merci Michel pour le Pavillon Bleu.

"J'étais justement en train de chercher à quoi peut bien correspondre le rectangle de lumière visible sur les cuisses d'Edmond et sur une partie du torse et des jambes de Jeanne, dont l’attitude, tête penchée pour s'abriter sous le bord de son chapeau, laisse à penser qu'elle a le soleil dans les yeux.

Je pensais au reflet de la lumière solaire sur la vitre d'un véhicule, genre camionnette. Mais l'idée de la baie vitrée d'une maison, ou d'une véranda, est plus éclairante "

Écrit par : guima | 04/03/2017

Guima, Tilia ne parle pas de carte.
C'est moi qui ai utilisé ce mot : il s'agit du plan moderne d'Avignon qui m'a servi à situer la position de Franceline.

Écrit par : Michel Benoit | 04/03/2017

Je reste toujours dans le flou (Alzheimer?) car tilla nous dit:
"J'étais justement en train de chercher à quoi peut bien correspondre le rectangle de lumière visible sur les cuisses d'Edmond et sur une partie du torse et des jambes de Jeanne, dont l’attitude, tête penchée pour s'abriter sous le bord de son chapeau, laisse à penser qu'elle a le soleil dans les yeux.

Je pensais au reflet de la lumière solaire sur la vitre d'un véhicule, genre camionnette. Mais l'idée de la baie vitrée d'une maison, ou d'une véranda, est plus éclairante "

Où peut on voir ceci?
Merci

Écrit par : guima | 04/03/2017

Effectivement, ce n'est pas évident ! Mais il est bien possible que ce soient des reflets de lumière que l'on voit sur les personnages et que ces reflets soient produits par la verrière du Pavillon Bleu...

Écrit par : Michel Benoit | 04/03/2017

Impossible de trouver une photo ancienne du Pavillon Bleu ! Même dans le livre de Jean Mazet...
Mais il existe toujours aujourd'hui :
https://www.google.com/maps/place/Le+Pavillon+Bleu,+25+All%C3%A9e+Antoine+Pinay,+84000+Avignon,+France/@43.9528656,4.7999651,3a,66.8y,314.07h,76.24t/data=!3m4!1e1!3m2!1sDPu1RS0c9RqJBUVhQsC7lQ!2e0!4m2!3m1!1s0x12b5eb8352dc0451:0x72050cf889f1b049

Écrit par : Michel Benoit | 04/03/2017

Je n'avais pas remarqué ces reflets, ni fait attention à la légende (la lecture). Je continue à penser que la photographe est perchée sur une des pierres rondes qui marquaient la promenade du chemin de halage jusqu'au rétrécissement. Le Pavillon Bleu est trop loin et il y a le problème des arbres. On est par contre plutôt à la hauteur de ce qui sera Les Aubes (peupliers blancs) ou Sous les Aubes, et qui était un établissement fréquenté doté d'une verrière. Le Pavillon Bleu dont je dois avoir un dessin (Brunel ?) n'avait me semble-t-il pas de terrasse aussi proche du Rhône.

Écrit par : Lou Ravi | 04/03/2017

Michel, la carte postale ci-dessous peut-elle constituer un indice et apporte de l'eau à notre moulin ?...

https://collection-jfm.fr/p/cpa-france-84-avignon-vue-prise-du-pavillon-bleu-136142

Pour le rectangle lumineux sur les deux personnages de la photo (Jeanne et le jeune Edmond) je persiste à penser qu'il est produit par le reflet du soleil sur une vitre quelconque.

Écrit par : Tilia | 04/03/2017

Non, Tilia, je ne vois pas ce qu'elle pourrait apporter... Mais c'est déjà bien d'avoir trouvé ça !
Lou pense que la photo a été prise plus au nord, mais il s'agit peut-être d'une impression due à la focale de l'objectif. En effet, Franceline devait avoir une focale un peu longue (à l'inverse de la Google car !)
Mais bon, rien n'est sûr...

Écrit par : Michel Benoit | 04/03/2017

Je ne sais pas si les liens vont marcher. Mais je pense que Franceline est montée sur un de ces bancs de pierre ou sur un plot. Sous les Aubes lien suivant (verrière !) mais les "bittes" en pierre ont disparu...



https://www.google.fr/search?q=l%27ile+de+la+barthelasse+et+vue+sur+le+pont+saint+b%C3%A9n%C3%A9zet&espv=2&biw=1366&bih=662&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjm6qCQpr3SAhXDVhoKHc7ODlUQ_AUIBigB#imgrc=qadILuWUjZ-IgM:

https://lachezleswatts.com/fr/photos/283/84000-avignon/avignon-la-barthelasse-et-bords-du-rhone-sous-les-aubes

Écrit par : Lou Ravi | 04/03/2017

Intéressante, la verrière de "Sous les Aubes"...
Autre vue :

http://www.ebay.fr/itm/PUB-AVIGNON-ILE-DE-LA-BARTHELASSE-CAFE-RESTAURANT-SOUS-LES-AUBES-/360478856029

Écrit par : Tilia | 04/03/2017

Vendu ! Sous les Aubes est la proposition la plus convaincante !
Et je découvre de ce lieu...
(Je ne vois pas la photographe tenir son appareil d'époque en équilibre sur une bitte.)

Écrit par : Michel Benoit | 04/03/2017

Il s'agit donc de la maison qui devint auberge de jeunesse si je ne m'abuse.

Écrit par : Michel Benoit | 04/03/2017

Me suis livré à un petit travail de triangulation à partir des alignements ressortant du cliché de Franceline (l'arête sud-ouest de la tour de la Campane et l'axe de la tour Langlade ; le promontoire NOrd du rocher des Doms et l'arrière-bec de la pile de la chapelle du pont st Bénezet).

Conclusion sans appel : Sous les Aubes ne marche pas, beaucoup trop au sud. Si l'on veut à tout prix retenir un lieu de prise de vue qui soit proche d'une construction, ce sont les deux maisons aujourd'hui au milieu du camping qu'il faudrait retenir... et encore, elles sont elles aussi un petit peu trop méridionales.

Pendant que j'y étais, je me suis livré à un autre petit travail : superposition d'une vue moderne (Gogol Eursssss) avec un cliché aérien de 1926 - donc antérieur aux travaux de la CNR. Surprise, contrairement à ce qui semble "évident", en 90 ans la berge a nettement avancé au niveau du vélodrome (autrement dit, entre le pont Daladier et l'entrée du camping) et a au contraire très sérieusement reculé du camping jusqu'au pont St Bénezet. Seul est restée à peu prés dans l'alignement Belle Epoque le bout de berge sis en face de l'actuel parking...

Michel, je t'enverrai un peu plus tard (là, je suis un peu charrette...) le produit graphique de mes élucubrations...

Écrit par : Alain Breton | 05/03/2017

Fort de ces considérations, Franceline ne peut être que quelques mètres au nord des Aubes.

Écrit par : Michel Benoit | 05/03/2017

Suis pas calé en photo mais effectivement le pont paraît proche. Sur d'anciennes photos que je ne retrouve pas il me semble bien qu'il y avait encore quelques arbres au nord du restaurant. Mais je vois mal Franceline grimpée sur l'un d'eux...Et puis il y a le reflet de la verrière. Pouvait-elle avoir un objectif grossissant ? Ce qui permet de l 'imaginer debout sur une des toutes dernières pierres ?

Écrit par : Lou Ravi | 05/03/2017

Non, finalement même sur une de ces grosses pierres elle n'est pas assez haut perchée. Je ne vois donc que la possibilité de monter sur quelque partie nord du restaurant ou d'être à califourchon sur une branche...Ou sur quelque charrette. Mais toutes les photos que je connais ne montrent aucun charroi sur ce chemin.

Écrit par : Lou Ravi | 05/03/2017

Ne peut on imaginer une seconde que ces reflets ne sont qu'illusion optique?
les ombres indiquent une fin de journée; ma première idée de la croix est peut être la bonne.

Écrit par : guima | 05/03/2017

Mais la croix n'était-elle pas beaucoup plus en amont ?

Écrit par : Lou Ravi | 06/03/2017

oui la croix est beaucoup plus en amont donc mon hypothèse tombe à l'eau (du Rhône)

http://travauxdiguesbarthelasseok.blogspot.fr/p/la-barthelasse-au-fil-du-temps.html

Écrit par : guima | 06/03/2017

Écrire un commentaire