Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Quau siéu ? | Page d'accueil | Gérard Valin »

09/01/2017

Jaque III Stuart

Jacques III Stuart
James III Stuart

3880620431.jpg

Jacques François Édouard Stuart (1688-1766)
réfugié en Avignon en 1716 et 1717

prétendant aux trônes d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande
sous le titre de Jacques III d’Angleterre et d'Irlande et Jacques VIII d’Écosse
considéré par ses partisans comme "le Roi d’au-delà des mers"
surnommé par ses adversaires "le chevalier de St-George"
Peinture d'Antonio David

Les Jacobites réfugiés en Avignon et dans le comtat venaissin au XVIIIème siècle

Texte dans lequel on pourra lire par ailleurs :
« Le duc d’Ormond choisit alors l’hôtel de Donis (rue Dorée) comme nouvelle demeure, de 1733 à 1740. (...) Cet hôtel des Donis remonte au début du XVIème siècle (...) La rue Dorée prend alors le nom de son plus célèbre occupant pendant ses sept années de présence. Jean Joseph Bechet, chef d’une célèbre dynastie médicale en Avignon (les Michel-Béchet) acquiert cette maison en 1865 et la restaure entièrement. (...) Le duc d’Ormond achèvera sa vie et sa retraite avignonnaise rue Violette, à l’hôtel de Caumont, de 1740 à 1745. Cet ensemble, où ce qu’il en reste, abrite aujourd’hui la collection Lambert.»

Pour en savoir plus, on pourra lire Jacques III Stuart, un roi sans couronne : extraits de la "Gazette de Hollande" (1716), du "Journal du Médecin Brun" (1716), textes recueillis par Georges Dickson :
À lire à la bibliothèque universitaire d'Avignon,
À acheter sur AbeBooks.

Commentaires

bonne annee Michel!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
************************************************************************
jai eu la difficulte a laisser un commentaire du premier janvier 2017. alors je laisse le
commentaire ici.

je te souhaite pour lannee 2017 et toujours une rue d'oree.
je t'embrasse
Madeleine

Écrit par : madeleine | 09/01/2017

Il fallait le connaître ce portrait...Je n'aurais pas trouvé. L'Académie de Vaucluse a publié dans son bulletin de septembre 2014 le résumé de la communication de Gérard Valin sur le sujet. Mais ce qu'il a écrit dans le lien donné par Guima est encore plus complet. Les ouvrages de Dickson sont aussi consultables (plus facilement qu'à la BU) à la médiathèque Ceccano (je viens de vérifier) et probablement au siège de l'Académie les jours de permanence.

Écrit par : Lou Ravi | 09/01/2017

Qu'il soit allé finir ses jours à l'hôtel de Caumont, je n'en doute pas... mais rue Violette, c’est une autre histoire, puisque l’hôtel de Caumont n’a été construit qu’à partir de 1751…

Où résidaient les Caumont dans les années 1740 ? Je n’en sais fichtre rien, mais ce qui est sûr c’est que c’était ailleurs, puisque le terrain était à l’époque occupé par les fondations du grand bâtiment neuf, jetées juste avant la peste de 1720, et qui restèrent en attente jusqu’à la date précitée.

Quant à « ce qu’il en reste », ce n’est pas seulement l’hôtel de Caumont, mais aussi l’hôtel voisin de Montfaucon, le premier construit sur cette vaste parcelle lotie par Saint-Martial dans les années 1710.

Écrit par : Alain Breton | 09/01/2017

Merci Madeleine ! Bonne année à toi !
Ah oui, Lou, ce doit être plus agréable d'aller lire au siège de l'Académie de Vaucluse.
Bon, Alain, il nous reste à trouver "l'ancien" hôtel de Caumont... o.O

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 09/01/2017

Les commentaires sont fermés.