Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Un tour ciclisto | Page d'accueil | Ounte sian ? »

11/09/2016

Lou tèms di móutoun

Le temps des moutons
Sheeps time

2311169005.jpg

Commentaires

Le temps des moutons...
c'était bien joli.

Et de nos jours c'est celui des tondeuses à gazon motorisées, polluantes et assourdissantes. Où est le progrès ? :-(

Écrit par : Tilia | 11/09/2016

et comme je cherche toujours d'instinct la ou les chèvres, cette fois elle s'affiche presque...

Écrit par : brigetoun | 11/09/2016

c'est écolo avant la mode.

Écrit par : guima | 11/09/2016

cela ressemble beaucoup à du photo montage.

Écrit par : guima | 11/09/2016

Oui, hors le fait que sous cet angle la Barthelasse n'a pas de friche le pont venant d'une carte postale et les moutons, peut-être d'une autre, ne son pas pris sous le même angle et sans doute la même focale. mais bon c'est mignon.

Écrit par : wilfrid | 11/09/2016

Pourquoi s'agirait-il d'un montage ? La photo est ancienne mais je ne suis même pas sûr qu'elle soit colorisée. Ce "pré" régulièrement recouvert lors des crues formait un pâturage naturel juste en face le Pont. On aperçoit au moins une voiture, derrière la porte du Rhône et peut être une à droite. Ce terrain à chèvres et moutons est resté très longtemps en friche. Passé la Croix du débarcadère du bac s'étendait une vaste vigne.
A propos d'une vue précédente du Pont je signalait ces deux tentes de "camping sauvage" sur cette même friche. Je situe ces deux photos fin 50-début 60. Plusieurs autres cartes et photos nous montrent chèvres et moutons sur l'île Piot.

Écrit par : Lou Ravi | 11/09/2016

Voici les campeurs que je signalais:

http://avignon.midiblogs.com/archive/2016/09/05/lou-tems-di-bagnado-857049.html#comments

Écrit par : Lou Ravi | 11/09/2016

Ce qui me fait penser à un montage c'est cette friche qui s'étend jusqu'au pied du pont, le Rhône, a cette époque présumée, était le bras vif or il n'y a pas de passage suffisant pour la navigation(qui se faisait en contournant le pont), de plus absence visible de digues.
Tout cela n'est que supputation bien sur.

Écrit par : guima | 11/09/2016

Il s'agit d'une carte postale scannée dont j'ai atténué le moirage dû à la trame d'impression.
Il y a très peu de chances pour que ce soit un montage.
L'impression que l'extrémité du pont se trouve très près de la rive est une illusion d'optique due à la position du photographe et à la focale de l'objectif.

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 11/09/2016

Plus je la regarde plus je pense que cette photo est plus récente que j'imaginais. La terre labourable où est le troupeau est devenue friche probablement vers 1960 ou peu après.

Écrit par : Lou Ravi | 11/09/2016

http://www.actuacity.com/medias/cpa/84/21843.jpg

sur cette CPA on distingue un verger qui devait peut être exister avant cette friche.

Écrit par : guima | 11/09/2016

Il est bien tard pour que je me lance dans la réalisation d'un montage photo, mais voilà ce qu'indiquent les prises de vue aériennes sur l'endroit :

- Années 40 et 50 : il y a effectivement un grand champ dans l'axe du pont, mais il est séparé de la voie sur berge par une haute haie.

- 1964 : la haie a disparu, mais seule la voie sur berge est visible.

- 1969 : la voie sur berge est doublée, à une distance d'environ 20 mètres, par un chemin à fond naturel qui, par endroits, a exactement l'aspect de la CP - double trace de roues qui enserre une bande herbeuse. Mais la zone est déjà envahie de véhicules et tentes, qui pratiquent vraisemblablement le camping "libre".

Conclusion : le cliché date d'entre 1964 et 1969...

Écrit par : Alain Breton | 11/09/2016

bonjour Michel.
ah cest adorable cette carte postale.
ici dans les ecoles on chante -sur le pont davignon...
et il pleut il pleut bergere rentre tes blancs moutons.

merci Michel
je t'embrasse.

Écrit par : madeleine | 12/09/2016

OK mais on dirait qu'il y a une erreur de perspective, que la prairie et le pont ne sont pas vu du même endroit, va savoir....

Écrit par : wilfrid | 12/09/2016

Écrire un commentaire