Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Atmousfèro 1900 : avignounenco au lavadou | Page d'accueil | Lou palais di Papo vers 1450 »

31/08/2016

PUB !

345982482.png

Tôle peinte vers 1910-1920 - 125,0 x 24,5 cm.

Commentaires

on sait ce que la Géorgie venait faire à Avignon ?

Écrit par : brigetoun | 31/08/2016

Une confirmation de la fameuse publicité basée sur le renommée des centenaire géorgiens :

« En Géorgie, où l'on mange beaucoup de yaourt, beaucoup de gens vivent passé les 100 ans. »

Écrit par : Tilia | 31/08/2016

Je n'ai pas connu mais Michel (Bourgue) si, car la fabrique existait encore, me semble-t-il, dans les années 60-70 ?
A retrouver sur le site du Yaourtophile.

Écrit par : Lou Ravi | 31/08/2016

Par cette publication tu remues le couteau dans la plaie !!!
Car c'est le seul pot de yaourt ou emballage de produit laitier fabrique sur Avignon qui me manque .
Géorgie était aux Carmes vers la maison Manon et il a apporte sur notre ville les premiers yaourts bulgares ( pate brasse ) .C'était un homme assez âgé mais qui croyait en son produit .Il venait nous vendre sa production à pied dans une cagette .
A cette époque nous avions les petits suisses "Farlin et Jean " (place des études )Scalacta sur Montfavet (lait frais et fromage blanc ). JA benoit au domaine de Casagne sur le Pontet (yaourts natures et parfumes (pas encore les fruits ) ) et un dénommé Boyer créateur du Ventoux frais .Je ne parle pas des laitiers ils étaient trop nombreux
La DLC de tous ces produits était de 5 à 6 jours maxi (j'ai été élevé aux invendus)

Écrit par : michel Bourgue | 31/08/2016

J'étais bien trop jeune pour en comprendre le sens, mais dans les années 1960, le nom des yaourts "de la Géorgie" qui se retrouvaient régulièrement dans mon assiette, m'avait suffisamment frappé pour que 50 ans après je m'en souvienne encore !

Il est possible que je confonde, mais il me semble bien que ces yaourts, comme leurs confrères à l'époque, se présentaient en petit pots coniques, faits de carton enduit (ciré ?) et couverts d'une capsule d'alu seulement sertie sur les bords - et non pas collée comme maintenant.

Écrit par : Alain Breton | 31/08/2016

La tôle peinte semble plutôt représenter un pot en verre...
Je me souviens très bien des pots de carton paraffinés, mais je ne les associe pas forcément au Yaourt de la Géorgie.
https://www.google.fr/search?q=pot+de+yaourt+paraffin%C3%A9&safe=off&client=firefox-b&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjphKS9oOvOAhVDI8AKHejnCi4Q_AUICCgB&biw=1373&bih=959

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 31/08/2016

Effectivement, un pot (en céramique) de yaourt de Géorgie se trouve sur cette page du Yaourtophile : http://yaourtophile.free.fr/ceramique.htm
Mais c'est le seul et sans précision de lieu d'origine.

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 31/08/2016

Michel, effectivement, c'est sans conteste un pot en verre qui est sur la tôle peinte, mais si celle-ci date de 1910/1920, mes souvenirs ne remontent pas jusque là...

Du reste, je n'associe pas moi non plus les pots carton aux seuls yaourts de Géorgie... Mais dans mes souvenirs, c'était là l'emballage "standard" et les petits pots de verre étaient rares.

Écrit par : Alain Breton | 31/08/2016

Les yaourts de la Georgie étaient que nature et en pots de verre consignes .Les cartons paraffinés étaient l'emballage des premiers parfumes caramel et chocolat .Puis il y a eu tous les autres parfums crées par JA Benoit qui va devenir Chambourcy .
Une fantaisie que personne ne mentionne "Le Fontainebleau" fabrique par Mr et Mr Jean un régal de printemps au moment des fraises ....(leur atelier était place des études à droite du théâtre des étincelles ou allumettes "eux on commercialisait sur Avignon la crème fleurette grande amie de nos kilos ....!

Écrit par : michel Bourgue | 31/08/2016

trouvez sur un vieux post
:http://avignon.midiblogs.com/archive/2012/08/08/cent-e-vint-an-apres-la-crous-blanco-2.html

le resto s"appellait "kachiouska"
Les normes oui apres l'achat du fond...Ils avaient 3 chambres froides(poissons ;legumes ,viandes) buanderie ,salle de repassage etc..de la folie par rapport aux autres.en plus pas du metier pour une salade(decoree palette peinture )20 minutes...
Voila la causse de leur perte......
Comme nous sommes Place des Carmes qui aurait des docs ou renseignements sur les yaourts
"Georgie"il habitait et fabriquait à côte de la mairie annexce et le Pago/pago.
En 1965/1970 il a implante sur Avignon les premiers yaourts brasses(bulgare).Il venait à pied avec ses plateaux sur un chareton..

Écrit par : Bourgue Michel | 30/08/2012

Écrit par : guima | 31/08/2016

C'est étonnant, Guima, à 24 heures près c'est l'anniversaire de ce commentaire de 2012 qui parle du yaourt de la Géorgie !

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 31/08/2016

Les commentaires de MB² sont aussi bons que de la crème. Du moins celle de cette époque où le lait était encore "herbagé". La grande distribution en exigeant des qualités et quantités suivies toute l'année a tout tué. En Suisse où je me rends de temps en temps les produits crémiers évoluent en nature et quantités selon les saisons. Rares sont les élevages qui nourrissent de la même façon 365 jours sur 365. Le yaourt de la Géorgie devait être un type de yaourt et non une marque. Je n'ai jamais plus retrouvé la saveur et la texture des petits suisses et yaourts que ma mère achetait aux halles. Idem pour certains fromages. Ah, les boîtes d'où s'écoulaient encore un peu de petit lait, et les yaourts onctueux simplement operculés, comme le rappelle AB, qui n'avaient pas besoin d'être asphyxiés dans des pots hermétiques pour venir jusqu'à nous...
Raphaël Mérindol, notre conseiller municipal, a consacré dans ses ouvrages quelques lignes sur la laiterie Scalacta installée à Montfavet dans les locaux de l'ancienne usine Pernod. Dans mon quartier d'Avignon le monde se séparait en 2: ceux qui étaient biberonnés au Scalacta et ceux qui l'étaient au Saint-Tronquet. Sans compter ceux qui allaient téter du côté des quelques fermes des environs....

Écrit par : Lou Ravi | 31/08/2016

Concernant les yaourts de la Géorgie, leur origine vient probablement du "matsoni" importé en France par des Géorgiens fuyant le régime soviétique :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Madzoun#Les_G.C3.A9orgiens_de_France_et_le_matsoni

(c'est dans cet article que j'ai trouvé la publicité Dan*ne à propos des centenaires géorgiens)



Comme il se trouve que j'habite non loin de Chambourcy, je me suis intéressée à l'histoire de cette petite commune des Yvelines :

"Le nom Chambourcy a été donné en 1934 à un petit suisse commercialisé dans la région parisienne par la laiterie ALB. Un des trois dirigeants de la laiterie, Pierre Abouyaka, possédait une propriété dans la ville de Chambourcy (ALB correspond aux initiales des dirigeants Pierre Aboukaya, Guy Lapeyre et Xavier Baillivet).

La laiterie fut vendue en 1962 aux frères Benoît, propriétaires d'une société fabricant des yaourts sous le nom société J. A. Benoit. En 1966, les deux entreprises fusionnent et seul le nom Chambourcy est conservé." (article Wikipédia)


"La société créée en 1934 sous la raison sociale A.L.B., pour Aboucaya, Lapeyre et Baillivet, prend le nom de Chambourcy en 1948. La société J. A. Benoit, fondée en 1949 par deux frères, Jacques et André Benoit, prend une participation dans Chambourcy en janvier 1962 puis fusionne avec Chambourcy le 1er janvier 1966. La marque Benoit disparaît, cas rarissime d'une marque éponyme qui s'efface devant une marque non éponyme. Les événements de mai 1968 conduisent les frères Benoit à se rapprocher d'un grand groupe. Ils choisissent dans un premier temps Unilever, mais craignant d'être évincés de la direction, se reportent sur Nestlé qui entre en octobre 1968 à hauteur de 20 % dans le capital, prend la majorité en 1978 avec 59,4 % et devient l'unique actionnaire en 1988. Jacques Benoit restera chez Nestlé jusqu'à la fin des années 1980, avec le titre de responsable des yaourts Nestlé pour le monde. " Voir la 1ère note au bas de la page ci-dessous :

http://fr.pickture.com/blogs/acoeuretacris/6581772-la-saga-des-marques-la-laitiere


Pot en verre j.a. Benoit France (les initiales désignent les deux frères Benoit, Jacques et André) :

http://www.ebay.fr/itm/POT-A-YAOURT-en-verre-1960-J-A-BENOIT-/160860559643



Les produits "La Fermière" ont pour origine Marseille "au début des années 1970 Jean-Claude Marcantetti, chef produits ultrafrais chez Chambourcy, découvre à Marseille un yaourt commercialisé sous la marque La Fermière". Voir la 1ère note au bas de cette page :

http://www.prodimarques.com/documents/gratuit/57/la-laitiere-ou-lexpertise-de-la-cuisiniere.php



Pour en revenir aux yaourts de la Géorgie, je me demande si Pierre Aboukaya (ou Aboucaya, selon les sources) avait, ou non, des origines géorgiennes..

Écrit par : Tilia | 31/08/2016

Le seul sur Avignon qui connait le nom officiel de Georgie est Jean Sagne qui a implante le brie de Meaux dans notre ville .
Quand a la crème épaisse ou fleurette (dites fraiche )je me marre car les ménagères n'y voient que du feu ..ou avez vu une DLC de 21 jours ? La crème dite fraiche et UHT ...!

Écrit par : michel Bourgue | 31/08/2016

Écrire un commentaire