Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Cènt an après 7 plaço Sant-Pèire | Page d'accueil | La plaço dóu mounumen »

15/03/2016

Cènt an après 67 carriero Carretiero

Cent ans après 67 rue Carreterie
A hundred years after Carreterie street 67

832050738.jpg 718085014.jpg

Commentaires

c'est très bien la pureté austère, mais comment dire…
d'autant qu'à l'intérieur

Écrit par : brigetoun | 15/03/2016

le père, la mère, le fils, la belle fille, les petits enfants, mais qui est à droite?

Écrit par : wilfrid | 15/03/2016

et le chien!

Écrit par : wilfrid | 15/03/2016

Il ne reste que le numéro 67 !

Écrit par : Tilia | 15/03/2016

Quel dommage !
J'ai bien aimé tes précédentes publications.

Écrit par : Claude | 15/03/2016

Je ne suis pas sûr que l'homme du milieu soit le mari de la dame âgée.
Il paraît bien plus jeune.
Un frère ? Un neveu ? Un oncle ? Un employé ?
À droite c'est peut-être... la bonne ? ou la voisine ?
Que de question, Wilfrid... o.O

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 15/03/2016

Ici fut pendant longtemps l'imprimerie Malé.

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 15/03/2016

De part et d'autre, le couple avec ses deux bambins dans les bras. Derrière, la mère de l'un d'eux et veuve du fondateur de la boutique, à côté le commis...

Écrit par : Alain Breton | 15/03/2016

Alain : tout à fait d'accord avec toi, mais :
Qui est la dame de droite, à moitié coupée ???
Et le chien ? À qui est le chien ?
Et la chaise vide ? Pour qui est la chaise vide ?

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 15/03/2016

Je réalise que très certainement la chaise vide est destinée à Madame Veuve grand-mère !

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 15/03/2016

La personne coupée est nécessairement la voisine, elle est de l'autre côté de la gouttière mitoyenne.

Écrit par : Alain Breton | 15/03/2016

C'était la veuve Pille.
Au temps de la guerre d'Algérie l'appartement au-dessus était occupé par une personnalité avignonnaise connue pour son engagement gaulliste. Il fut plastiqué par l'OAS et il y eût, je crois, un blessé. J'étais gamin et je ne sais plus qui était cet occupant ni en quelle année cela s'est produit.

Écrit par : Lou Ravi | 15/03/2016

En 1900, c'est Hippolyte Pille qui est passementier au 67 rue Carreterie.

Il y a également une H. Pille rentière au 18 rue Grande-Fusterie.
Adresse à laquelle on a un Pille propriétaire dans le Fanot 1968.

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 15/03/2016

Les commentaires sont fermés.