Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Cènt an après dins la grando capello de Clemènt VI | Page d'accueil | Subre lis anciano empielado dóu pont Sant-Benezet »

08/03/2016

Tèsto velado o tèsto usado ?

Tête voilée ou tête usée ?
Covered head or worn head ?

3040292071.jpg

Commentaires

Le linge posé sur la clef de voûte juste au-dessous me fait pencher pour la première hypothèse : voilé.

D'ailleurs on aperçoit une extrémité de son bandeau sur l'aile droite de l'oiseau

Écrit par : Tilia | 08/03/2016

peut-être mais quelle était la signification?

Écrit par : wilfrid | 08/03/2016

L'hôtel de Bassinet d'Augard, puis des Taillades. Commencé probablement par Pierre Mignard vers 1710, achevé de façon certaine 20 ans plus tard par Jean-Baptiste 1er Péru...

L'aigle "voilée" n'existe ni dans le répertoire décoratif architectural ni dans le répertoire héraldique.

De plus, la chute verticale de la face avant montre que nous devons ce prétendu voile uniquement à l'usure et la pollution, bref à une dégradation.

Même problème que les gerfauts de l'hôtel des Monnaies ou que les aigles descendues des acrotères de la Cité Administrative...

Écrit par : Alain Breton | 08/03/2016

Oui, mais il n'existe-t-il pas une troisième hypothèse : tête voilée ET usée ?

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 08/03/2016

Aveuglé(e)

Écrit par : jeandler | 08/03/2016

tu es plus optimiste que moi
je pense quand le vois tête coupée et cou usé

Écrit par : brigetoun | 08/03/2016

Pas de tête d'aigle voilée dans le répertoire des formes...

Par contre il est très fréquent que le plumage du cou soit représenté d'une façon différente du reste du corps, avec des raies parallèles comme si le cou était peigné.

C'est exactement ce que l'on voit ici, l'aigle ayant sa tête tournée vers la gauche, le "peignage" semble hélicoïdal... mais ce n'est rien d'autre, hormis les transformations liées à l'usure.

Écrit par : Alain Breton | 08/03/2016

Voici un cou d'aigle :
http://avignon.midiblogs.com/images/aigle.jpg
Les plumes du cou sont courtes...

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 08/03/2016

Le gerfaut fait partie des oiseaux utilisés par les fauconniers.
En héraldique, il existe le faucon chaperonné...

http://lalanguedublason.blogspot.fr/2013/02/richesse-de-la-derivation-en-langue-du.html

Écrit par : Tilia | 09/03/2016

Le blason de la commune de Faucon :

- d'azur au faucon chaperonné d'or, posé sur une muraille crénelée de trois pièces du même, maçonnée de sable, surmontée de cinq besants aussi d'or ordonnés en orle, trois en chef et un à chaque flanc, au chef cousu de gueules chargé d'une clef d'or et d'une clef d'argent passées en sautoir

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Blason_ville_fr_Faucon_%28Vaucluse%29.svg

Se pourrait-il qu'il y ait un quelconque rapport entre Faucon et l'hôtel de Bassinet ?..

Écrit par : Tilia | 09/03/2016

Il me semble que la pollution et l'usure seules n'auraient pas donné cet effet-là. Je pencherais plutôt pour un faucon voilé.

Écrit par : nathalie | 09/03/2016

Je pense, Tilia, qu'il n'y a pas de rapport. Le faucon héraldique, comme celui de la chasse, a toujours un capuchon très spécifique qui ne couvre pas le cou. Et non un linge.
Par ailleurs, l'oiseau de cet hôtel a bien la forme d'une aigle. Je ne le vois ni comme un gerfaut, ni comme un faucon, qui sont généralement en héraldique représentés de profil.

Merci Nathalie. Je n'arrive pas à admettre que ces formes usées que l'on voit sont des plumes d'aigle et non un linge.

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 09/03/2016

L'hypothèse du linge comme symbole du capuchon utilisé en fauconnerie me semble d'autant plus plausible qu'il y a cette sorte de gros ruban qui pend sur chacune des ailes et qui rappelle fortement les entraves utilisées en fauconnerie pour maintenir l'oiseau :
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Flying_falcon.jpg

Ces entraves (ainsi que les liens du chaperon) sont reproduites sur le blason de Mazange représentant un épervier chaperonné :
http://www.armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=7614

Sur les blasons ci-dessous on voit aussi les entraves (fort longues) des éperviers :
http://www.blason-armoiries.org/heraldique/c/chaperonne.htm

En outre, la clé de voûte, située au-dessous de la sculpture, présente elle aussi une sorte de linge en travers, qui rappelle celui qui couvre la tête de l'oiseau.

Cette tête voilée doit bien avoir une signification.
Elle me fait penser à la devise "post tenebras spero lucem" qui accompagne (entre autres) le blason de l'Abbaye de Villers-la-Ville :
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Blason_Abbaye_de_Villers-la-Ville.svg


À noter que cette sculpture n'étant pas un blason, elle n'a pas à obéir aux règles de l'héraldique...

Écrit par : Tilia | 10/03/2016

La forme de cette aigle rappelle précisément celles du Premier Empire...
Bien que l'hôtel de Bassinet fut construit vers 1710.
Peut-être cette aigle voilée fut-elle placée là en 1815, symbole de l'exil de Napoléon...

Les sieurs Monier des Taillades père et fils, docteurs en médecine ayant acquis l'hôtel de Bassinet en 1771, furent les fabricants d'une poudre purgative, sous brevet du Roi, appelée "Poudre d'Irroe" :
« Ceux qui voudront avoir de plus amples éclaircissemens au sujet de ce Purgatif extraordinaire peuvent s'adresser à Mr MONÏER Baron des Taillades Doct. Médecin à Avignon, il satisfera exactement à leurs demandes. II n'est pas nécessaire d'affranchir le Port des Lettres. »
In "L"Irroe ou le purgatif rafraîchissant" (vers 1777).
Lire ici cet ouvrage : https://books.google.fr/books?id=vldW2IHq6oEC&pg=PA35&lpg=PA35&dq=baron+des+Taillades&source=bl&ots=7eb9OFm1Vb&sig=hh5ZyKtnyskD3xp244dqoz_hgi8&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjt28_AxLXLAhUJuBoKHVXPDroQ6AEIMTAE#v=onepage&q=baron%20des%20Taillades&f=false

Ce qui me fait penser aux Dames Jullien :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2013/12/08/li-damo-jullien-791710.html

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 10/03/2016

Dans son article sur l'hôtel de Bassinet, Joseph Girard parle de "l'Yrroé".
Il dit aussi que l'abbé Bassinet fut un "agent secret royaliste".
Ce que confirme la "Galerie historique des Contemporains" à BASSINET (L'Abbé A.J.D.) :
https://books.google.fr/books?id=48Q5AAAAcAAJ&pg=PA354&lpg=PA354&dq=BASSINET+%28L%27Abb%C3%A9+A.J.D.%29&source=bl&ots=bUK1lj7-tx&sig=zyz_dAhv2nFC1dIBw2QFSn49tPg&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjMoZCy3LbLAhUGvRoKHd1iAdUQ6AEIITAB#v=onepage&q=BASSINET%20%28L%27Abb%C3%A9%20A.J.D.%29&f=false

article dans lequel on apprend qu'après avoir reçu le futur Louis XVIII dans sa maison Bassinet a été obligé de se cacher durant 7 ans.


Par ailleurs, l'abbé Bassinet (1733-1813), chanoine et grand vicaire de Verdun, fut membre de la loge maçonnique des "Illuminés d'Avignon" fondée par Dom Pernety :
https://archive.org/stream/lafrancmaonne00bord#page/260/mode/2up

Ces exemples de clandestinité dans la vie de Bassinet pourraient-ils avoir été métaphorisés par cet aigle (ou autre oiseau de haut-vol) à la face cachée ?...

Écrit par : Tilia | 10/03/2016

Bien séduisante hypothèse, Tilia...

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 10/03/2016

Les commentaires sont fermés.