Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Sèn enebi 94 | Page d'accueil | Uno vido de bouto-rodo 3 »

29/12/2015

Cènt an après 7 (o 22) carriero Louïs-Pastour

Cent ans après 7 (ou 22) rue Louis-Pasteur
A hundred years after Louis-Pasteur street 7 (or 22)

3883735047.jpg 983575709.jpg

Commentaires

la photo ancienne est sombre et on ne voit pas l'état de la corniche, pour savoir si très restaurée, à part ça, la calade en moins, un badigeon sur les murs en plus et une plaque, guère de changement

Écrit par : brigetoun | 29/12/2015

La corniche est dans son état naturel, pas de restauration...

La porte donnait accès au jardin des Pénitents Noirs Florentins.

Écrit par : Alain Breton | 29/12/2015

La maison fut donné au diocèse pour faire une école, dans les années 80/90 c'était encore une école primaire avec la cantine du lycée Pasteur où je travaillais, puis nouvelles normes arrivant il a fallu fermer. Elle regroupe maintenant des associations plus ou moins dépendantes du diocèse je crois. Un peu plus haut il y avait la boutique d'un tailleurs, une des dernières d'Avignon.

Écrit par : wilfrid | 29/12/2015

les tagueurs sont passé par la, leurs prédécesseurs, eux gravaient directement dans la pierre!

dommage que l'on ai remplacé la superbe porte, probablement en noyer, par un ensemble type Casto.

un portail a été créé pour le passage des véhicules

Écrit par : guima | 29/12/2015

Le portail en arrière (gauche du cliché) était celui d'un mécanicien auto, dont j'ai oublié le nom, mais qui était honorablement connu dans le quartier, un peu comme la famille Bernard qui exerçait la même activité dans le même paté de maisons, mais de l'autre côté, face à la place des Carmes.

Les Bernard ont déménagé en Zi de Fontcouverte, on voit chez eux une photo couleur des années 50 qui montre leurs anciennes installations des Carmes, avec les pompes à essence Shell sur le trottoir...

Quant au garagiste dont le nom ne me revient toujours pas, son garage est devenu un parking. Il y aurait beaucoup à dire sur ce site, qui est celui de l'ancien cimetière des Augustins et se trouve en surélévation par rapport à la cour que l'on voit en arrière de la porte classique. Vous avez noté sur le cliché ancien, le petit fûté agenouillé qui regarde le photographe à travers les vantaux entrebaillés ?

Écrit par : Alain Breton | 29/12/2015

Le "22" gravé dans la pierre signifierait-il que la rue était numérotée dans l'autre sens ?

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 29/12/2015

Actuellement, ou il y a peu, c'était Fandji le garagiste de la rue Guillaume Puy qui s'en servait d'annexe il me semble

Écrit par : wilfrid | 29/12/2015

Oui effectivement il y a eu une époque Frandji mais le mécanicien auto auquel je pense était son prédécesseur.

Michel, je ne m'explique pas ce n° 22 gravé dans le portail. Sur le cadastre de 1853, la rue est numérotée "normalement", i.e. numéros croissants au fur et à mesure que l'on s'éloigne de l'hôtel de ville, et le lot en cause porte déjà le n° 7.

De plus, à cette date, la rue Guillaume Puy n'existe pas encore, pas plus que la place appelée de nos jours place Louis Pasteur. Ainsi la rue dont nous parlons porte un même nom (rue de l'Hôpital) du portail Matheron jusqu'à l'Hôtel-Dieu, le n° 22 aurait été bien insuffisant si la numérotation avait été "à l'envers".

Je ne vois qu'une explication plausible, c'est que ce 22 remonte à une époque où les maisons se dénombraient par "ilôt" et non pas par rue. Ce qui signifie qu'il est antérieur à la Restauration, le portail proprement dit étant XVIII° sans datation plus précise...

Écrit par : Alain Breton | 29/12/2015

Oui, Wilfrid, il y a eu Frandji et l'époque parking. Mais le pire, c'est que j'étais client du garagiste précédent et que je ne me souviens plus du tout de son nom !

Pourtant, Alain, chaque fois que le numéro d'un ilot est gravé dans la pierre, il est précédé du mot "Isle"... Je ne connais pas de contre-exemple.

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 29/12/2015

Il y a bien un hypothétique contre-exemple sur le mur du palais du Roure, mais il est très possible que le "ISLE" ait sauté lors d'une rénovation : http://avignon.midiblogs.com/archive/2013/07/03/isle-132.html
Comme ici aux Trois-Pilats : http://avignon.midiblogs.com/archive/2013/06/23/isle-85.html

Écrit par : │ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ˉˉˉˉ│ | 29/12/2015

Michel, oui effectivement les "isles" étaient numérotées et on trouve ça et là des coins proprement gravés "Isle XX" (je crois d'ailleurs me souvenir que certaines de ces gravures ont excité nos talents de fins limiers - élémentaire, mon cher Watson !).

Mais les immeubles eux-mêmes étaient numérotés au sein des ilôts... on a différents "dénombrements" - on n'ose pas appeler ces documents "recensements" tellement ils sont imprécis !) qui font référence à ce système.

Toutefois, je le redis, mon idée n'est qu'une hypothèse peut-être aventurée... Ce qui est certain, c'est que les deux exemples que tu viens de donner ne sont guère significatifs, s'agissant chaque fois de l'angle d'une maison...Ici, on est en plein milieu d'une rue pratiquement rectiligne !

Écrit par : Alain Breton | 29/12/2015

Le garage du Centre était parfois nommé par le nom du mécano, nom que j'ai, aussi, oublié...Si je vois bien la photo ancienne, la rue de l'Hôpital était caladée. Avec une VRAIE calade et non une de ces pâles copies qui ne font même pas joli (mais le touriste lambda a-t-il la moindre idée de ce qu'est une calade ?). Ce coin d'Avignon est riche et mystérieux. Gamin j'ai eu l'occasion de belles "traversées" de la Carreterie à Pasteur.
En ce qui concerne le n°: un probable réemploi de l'entrée d'un hôtel particulier qui lui était bien à un "22" ? ? ?

Écrit par : Lou Ravi | 29/12/2015

Lou, j'avais pensé à cette hypothèse du remploi, mais le portail est trop bas pour constituer l'entrée d'un hôtel particulier. De plus, il semble en très bon état avec des joints restés très fins, ce qui ne saurait être le cas d'un remploi... De plus, le remploi aurait précisémen tpermis de supprimer le n° erroné !

Un portail est dessiné exactement à cet endroit sur le plan de 1618, tout porte à croire que ce portique classique est "dans son jus", c'était la porte du jardin et de la sacristie des Pénitents Noirs florentins (j'ai publié une étude sur ce site disparu dans Etudes Vauclusiennes).

Petit clin d'œil en passant, l'Isle 22 correspondait au parcellaire (quasiment vacant en 1853) de l'ancienne fac de sciences.

Écrit par : Alain Breton | 29/12/2015

L'hypothèse du remploi (avec beaucoup de points d'interrogation...) d'une autre entrée ne me gênait pas s'agissant de la gravure: elle aurait très bien pu être conservée. Mais cette entrée, basse effectivement, a ses éléments trop bien ajustés, pour envisager un démontage-remontage, ce que je n'avais pas remarqué mais que l'oeil acéré d'AB a fort bien vu. Le gravage très soigné des chiffres serait-il une indication de leur ancienneté ? C'est à dire d'avant la numérotation moderne, ces numéros pouvant indiquer simplement l'appartenance à l'îlot 22 qui englobait un vaste ensemble ?

Écrit par : Lou Ravi | 30/12/2015

Écrire un commentaire