Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Trent'an après plaço Sant-Deidié | Page d'accueil | Cènt an après 1 carriero Carnot »

30/11/2015

Atmousfèro 1900 : Crun-Crun e la carreto à chin

Atmosphère 1900 : Crun-Crun et la charrette à chiens
Atmosphere 1900 : Crun-Crun and the dog wagon

21964524.jpg

Commentaires

il est très bien sur cette photo Crun-Crun

Écrit par : brigetoun | 30/11/2015

Crun-Crun, oui... mais : ounte sian ?

J'ai ma petite idée, je vais la garder un peu au chaud pour faire monter les enchères...

Écrit par : Alain Breton | 30/11/2015

Il y a un problème avec les ombres sur cette photo...

Écrit par : Tilia | 30/11/2015

Tout du pauvre bougre dont on se moquait sans charité. Pour la photo on l’a fait monter sur la mule. Derrière on aperçoit l’aganto-chin bâton de capture à la main. Enfin une vraie fourrière qui a remplacé le tombereau aménagé. On doit donc être assez près de 1913 et de la mort accidentelle du «brave» Crun-Crun dont on a déjà parlé ici.

http://avignon.midiblogs.com/archive/2015/08/05/crun-crun-e-l-aganto-chin-837721.html

http://www.geneprovence.com/crun-crun-heureux-les-simples-desprit/

http://www.j-aime-le-vaucluse.com/-le-populaire-crun-crun

Pour trouver le lieu comme le suggère AB: on brûle si on sait que l’aganto-chin aurait pu dans quelques années aller se rafraîchir non loin de là, dans la direction où il va, à 100 mètres…

Écrit par : Lou Ravi | 30/11/2015

On est manifestement sur une avenue passant sous un pont de chemin de fer et aboutissant aux remparts, mais longeant également un talus.
Le point de rafraîchissement pourrait être une fabrique de glace.
J'ai bon ?

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 30/11/2015

C'est bon pour moi. On aurait pu ajouter qu'il pouvait aussi aller se faire soigner...
Patatras si Alain Breton a une autre proposition !

Écrit par : Lou Ravi | 30/11/2015

c'est bon aussi pour moi!
il aurait aussi pu aussi se désaltérer.

Écrit par : guima | 30/11/2015

Bon, les réponses des uns et des autres me semblent un peu sibyllines, mais les allusions à des soins et à la soif me laissent penser que le site visé est : Les Sources.

Et effectivement, la seule voie de la ville où se succèdent deux ponts ferroviaires bas et rapprochés, avec entre eux un lampadaire, est le chemin des Sources en son début... Confirmé par une vue aérienne de 1926 (époque où le pont le plus près des remparts était bien plus étroit).

On est d'accord ?

Écrit par : Alain Breton | 30/11/2015

Oui, on est tous d'accord, avenue des Sources. Deux éléments déterminants: l'appareil en pierre, que l'on retrouve sur les autres ponts du chemin de fer, et l'écartement...Bien des modifications depuis avec notamment des élargissements des "jambages" liés aux modifications affectant la voie. Le rafraîchissement avec le fabricant de glaces pour la STEF (Gomez), les soins avec la clinique Bec, la soif avec les Sources et aussi, mais plus tard le bar des Sources ex-Clérico. Photo au même endroit sur le site J'aime le Vaucluse. On y mesure encore mieux l'importance de l'exhaussement de la chaussée à cet endroit (partie sud de la clinique Bec). Le lampadaire entre les deux signifie-t-il que l'on se méfiait de ces deux passages plus ou moins sombres ?

Écrit par : Lou Ravi | 30/11/2015

Ce qui nous trompe, manifestement, c'est qu'au temps de Crun-Crun il n'y avait pas de couverture entre les deux ponts. D'où la partie supérieure du plus éloigné si lumineuse. Aujourd'hui le tablier englobe les deux.

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 30/11/2015

Ouf, me voilà rassuré... J'ignorais la présence d'un fabricant de glace industrielle dans les parages, d'où ma légère réticence quant aux énigmes données en quise de réponse (l'arroseur arrosé, c'est justement de l'époque de Crun-Crun...).

Pour le reste, en effet Michel jusqu'aux années 60 il n'y avait sur chacun de ces ponts que 2 voies, d'où leur relative légèreté... de nos jours en fait ces tracés sont reliés entre eux par une voie double en diagonale, d'où la couverture de l'espace libre.

Quant au réverbère, il n'est pas impossible qu'il ait été mis là pour éviter une "zone d'ombre" propice aux malfrats. Sur la suite de l'avenue des Sources, les clichés de 1947 montre un éclairage malgré tout assez clairsemé ! D'autant que les réverbères de l'époque n'étaient équipés que d'ampoules à incandescence n'ayant pas la puissance de nos modernes lampes à vapeur de sodium et autres.

Je reviens au glacier, il y a sur les clichés de 1947 un grand établissement industriel (cheminée, sheds) sis le long de la voie ferrée, entre la Trillade et les Sources. Est-ce lui ? L'usine en cause semble avoir été durement frappée par les bombardements, une bonne partie des toitures disparues et deux grands cratères de bombes dans la cour. Juste en dessous, cinq ou six pavillons bordant au Nord la rue des Magnolias sont purement et simplement rasés, avec en face quelques appentis aux tuiles visiblement désorganisées...

Écrit par : Alain Breton | 30/11/2015

Et donc, la carriole, elle est dirigée vers le nord ou vers le sud ?

Écrit par : Frédéric Viallon | 30/11/2015

Toujours plus à l'ouest, disait le professeur Tournesol...

Non, blague à part, Crun-Crun roule plein sud, les remparts derrière lui.

Écrit par : Alain Breton | 30/11/2015

Avec le pont derrière elle dirigée vers les remparts, donc vers le nord.

Écrit par : guima | 30/11/2015

si il roule avec le dos aux remparts, il roule à gauche.
pas important pour prendre une photo, surtout que à l'époque il n'y avait pas grande circulation!
mais pour moi il file cap au nord

Écrit par : guima | 30/11/2015

Sur cette photo Crun-Crun se dirige vers le sud. C'est évident avec l'ombre portée et la destination de l'aganto-chin (qui se dirige lui vers la clinique, le fabricant de glaces, les remparts). La fabrique de pains de glace ne devait pas avoir de cheminée (elle devait être "tout électrique"). Par contre l'usine Combe-Granier qui deviendra Clérico devait en posséder une si l'on en crois le papier à en-tête à retrouver ici:

http://avignon.midiblogs.com/files/Les-Clerico.pdf

Écrit par : Lou Ravi | 30/11/2015

si on regarde l'ombre portée de l'aganto-chin ont serait en fin d'après midi et l'ombre est dirigée vers l'est .

Écrit par : guima | 30/11/2015

Le réverbère est sur le côté Ouest du chemin.

C'est l'interprétation de Lou qui est la bonne : Crun-Crun roule plein sud.

Par contre, l'usine Clérico (futur "les 2 G", non ?) est située de l'autre côté de la voie, celle dont je parle est au Sud. Elle jouxte directement les pavillons de la rue des Magnolias.

Écrit par : Alain Breton | 01/12/2015

Je sèche à propos de cette usine, la fonderie Desfons était plus à l'Est. Entre démolitions et bombardements ce quartier a largement été modifié.

Écrit par : Lou Ravi | 01/12/2015

la fonderie Desfons était en haut du boulevard Saint Ruf, à l'angle du boulevard Desfons.

https://www.google.fr/maps/@43.9409032,4.8095023,3a,75y,23.04h,92.46t/data=!3m6!1e1!3m4!1si25byrj7Y3M2MGBiAbudjw!2e0!7i13312!8i6656?hl=fr

Écrit par : guima | 01/12/2015

http://images-01.delcampe-static.net/img_large/auction/000/267/097/797_001.jpg?v=2

: la Compagnie des fonderies de Vaucluse à Avignon puis Vedène, créée en l'an IV par les frères Hellot, originaires de Louviers ; la fonderie Perre-Pierron à Avignon, spécialisée dans la fabrication des cloches et grelots ; le Moulin à Vedène qui fabrique en 1839 des feuilles à doublage pour les navires ; la fonderie Desfons à Avignon, fabriquant de poêles et articles divers de ferblanterie.

Écrit par : guima | 01/12/2015

http://www.asppiv.fr/publications.php

très intéressant je pense que beaucoup doivent connaître, pour le autres....

Écrit par : guima | 01/12/2015

Écrire un commentaire