Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Licèu de jouino filho Aubanel 1949-50 | Page d'accueil | Licèu de jouino filho Aubanel 1951-52 »

25/09/2015

Licèu de jouino filho Aubanel 1949-50

Lycée de jeunes filles Aubanel 1949-50
High school girls Aubanel 1949-1950

Source : Patricia Jalade-Ricci.

De bas en haut et de gauche à droite :

1er RANG
1.- Rita Guillen
2.- Monique Peyranne
3.- Odette Neuviller
4.- Roselyne Giraud
5.- Mme Cassettari
6.- Raymonde Masselin
7.- Andrée Peyroche
8.- Régine Pélissier
9.- Josette Bourcier


2e RANG
1.- Michèle Montémont
2.- M. Liminana
3.- Claude Jouffret
4.- ? Sherman
5.- Andrée Artigues
6.- Jeannette Puigros
7.- P. Michel
8.- Jeanine Biscarat
9.- Anne-Marie Chevalier
10.- Marie-France Coutelen
11.- Suzanne Méjean
3e RANG
1.- Claude Chauvin †
2.- Hélène Bascou
3.- J. Jean
4.- Roselyne Savin
5.- Mady Biancone †
6.- Renée Iscariot
7.- Nicole Blache
8.- Christiane Lagarde



Commentaires

C’est encore le Lycée de Jeunes Filles, pas encore «Aubanel». Une époque où le bac se méritait et où le lycée était un vrai «ascenseur social». L’aile moderne doit être en construction tandis que les garçons devront attendre près d’une dizaine d’années pour intégrer leurs nouvelles classes. Avignon est entrée dans les Trente Glorieuses et passe au 220 volts. Quelques jeunes ont un Teppaz pour écouter les succès à la mode. On sort des privations de l’après-guerre mais on porte encore de solides souliers à mettre tous les jours. Dans la liste on trouve bien des noms avignonnais familiers. Quelques pulls tricotés et jupes coupées maison. La plupart des filles ont enlevé leur blouse pour la photo. Quelques unes les portent encore et on peut lire le nom qui était obligatoirement marqué en haut et à gauche, de façon bien visible. Ainsi au premier rang: Odette Neuviller et Régine Pélissier.

Écrit par : Lou Ravi | 25/09/2015

Pour le lycée, je ne peux rien dire vu que je suis née fin 48 !

Pour le 220 volts (pardon Lou Ravi ;-)) je me souviens parfaitement qu'en 1952, quand mes parents on quitté le vieil immeuble de l'Oratoire (aujourd'hui remplacé par la résidence "Les jardins de l'Oratoire") pour aller habiter la maison mitoyenne, il y avait encore du 110.
L'article de Wikipédia indique "À l'origine, la tension de 110 V était très répandue en Europe, comme au Japon ou aux États-Unis aujourd'hui. Il a été décidé dans le courant du XXe siècle (début des années 1960 pour la France) de doubler cette tension."

Davantage de précisions sur les dates du passage du 110 au 220 volts :
https://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20070603004528AAward5

Écrit par : Tilia | 25/09/2015

Oui effectivement Tilia, le passage au 220 s’est fait après les années 50. Mais probablement avant 1960 d’après ce que m’avaient dit mes parents. Ce fut progressif, par quartier me semble-t-il. EDF changeait tous les appareils incompatibles. Nombre de foyers sont allés chercher des vieux machins et rossignols pour se faire donner à la place des appareils modernes et neufs. Sur les appareils eux-mêmes le catalogue Manufrance de 1948 que j’ai sous les yeux les donne équipés pour les deux voltages. Ex, page 71, les postes TSF à lampes ont 3 options : courant continu, courant alternatif avec deux périodes 25 et 50. Tout cela en 110 ou 220 : on prévoyait déjà le changement de tension. En 1973 en Lozère il y avait encore, par endroits, du 110.
J’ai prêté mon livre de François Arlot sur ce lycée mais on trouve l’année où il fut baptisé Aubanel sur le site internet de cet établissement : 1964


http://www.lyc-aubanel.ac-aix-marseille.fr/spip/spip.php?rubrique17

Écrit par : Lou Ravi | 25/09/2015

Écrire un commentaire