Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Cènt an après lou batèu-lavadou | Page d'accueil | En 1869 »

23/03/2015

Atmousfèro 1900 : lou batèu-lavadou

Atmosphère 1900 : le bateau-lavoir
Atmosphere 1900 : the laundry-boat

1169447173.jpg

Merci Guima !

Commentaires

on a l'impression qu'on peut rejoindre la sympathique jeune femme, et en faisant attention de ne pas tomber (surtout si on porte un ballot) monter et se mettre au travail..
ben au fond pas
formidable photo

Écrit par : brigetoun | 23/03/2015

Question pour Lou Ravi :
sait-on par qui étaient gérés les bateaux-lavoirs d'Avignon dont Jean Mazet dit qu'ils étaient payants ? Par la ville, ou par un propriétaire payant patente et employant des lavandières appointées ?...

Certains grands lavoirs servaient d'habitation à leur propriétaire :
http://projetbabel.org/fluvial/bateau_lavoir.htm


Petite remarque par rapport à la photo : on dirait que la chapelle du pont n'a pas de toiture. Impossible de me souvenir si cette question a déjà été traitée, ou pas, dans le blog (et la flemme de rechercher :-))

Écrit par : Tilia | 23/03/2015

La toiture y est bel et bien, Tilia, mais elle est cachée par le fronton.
Je ne crois pas que cette chapelle ait jamais été décoiffée.

Le bateau-lavoir vu sous un autre angle en 1908 :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2012/05/08/atmousfero-1900-un-bateu-lavadou.html

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 23/03/2015

Comme disait le fiancé de la lavandière, j'irai sur le bateau la voir.

Plus sérieusement, cette photo rapprochée nous montre l'extraordinaire précarité de toute l'installation. Pas de garde corps ni sur la passerelle, ni sur l'embarcation... époque sans normes, sans "sécurité", mais où l'usager n'était infantilisé...

Écrit par : Alain Breton | 23/03/2015

N'était PAS infantilisé, bien sûr...

Écrit par : Alain Breton | 23/03/2015

http://s250308128.onlinehome.fr/5.html

un peu d'historique sur les bateaux lavoir.

Écrit par : guima | 23/03/2015

Bien vu ! Hélas nous sommes en plein dans l'infantilisation et le principe, poussé à l'absurde, "de précaution". Je le relevais l'autre jour pour les cheminements dans les ocres de Rustrel on peut le faire aussi pour le moindre passage, trajet, qui demande un minimum d'attention et de jugeotte.
Tilia: bonne question. Il faudrait que je me plonge dans mes notes mais je ne me souviens pas d'avoir lu que la ville tirait des recettes de l'admission des bugadières. L'exploitation, concédée ou non, devait être privée, comme en ce qui concerne le bateau-piscine. Bailly et Mazet sont muets sur ce point. J'irai, à l'occasion jeter un oeil aux archives.
Guima: la station de pompage de Monclar devait effectivement se trouver là où il y avait le lavoir. Et le sechoir correspondre au bâtiment ancien de l'école maternelle de la Violette, à côté de la maison "Léo Lagrange" ? Regret que son architecture typée et son histoire ne fassent l'objet d'aucune information sur place.
Brigetoun: à propos des produits chimiques. évidemment il y en avait peu. Mais on abusait parfois de l'eau de Javel et on utilisait du "Bleu" qui permettait de blanchir le linge. Cette poudre avait été inventée par...Guimet, qui a donné son nom au célèbre musée parisien.
Occasion d'appeler au boycott du savon de Marseille lorsqu'il est fabriqué avec de la pâte de palme ce qui est le cas le plus fréquent (premier fabricant mondial de savon de Marseille, la Turquie). J'enrage de voir les touristes faire provision de ces savons sur les stands du Vieux Port.
Enfin, si quelqu'un a les réponses je suis toujours preneur en ce qui concerne le "quai" sur la Sorgue derrière les vannes de la Pyramide et l'oriflamme de la chapelle du Pont St Bénézet. Il y eût un projet de lavoir rue d'Annannele et je me demande s'il n'y en avait pas un rue des Bains. Merci.

Écrit par : Lou Ravi | 23/03/2015

le vrai savon de MARSEILLE :

http://www.marius-fabre.fr/visiter-la-savonnerie/le-musee-du-savon-de-marseille/

Écrit par : guima | 23/03/2015

Marius Fabre: pas mal mais peut mieux faire car il utilise aussi la palme pour certains savons:

http://www.jolidragon.com/bien-etre-cosmetiques-bio/310-marius-fabre-savon-de-marseille-r11.html

Pour ne pas se tromper:

http://www.rampal-latour.fr/savon-de-marseille-huile-olive-extra-pur-cube-600-g.html

Écrit par : Lou Ravi | 23/03/2015

à qui se fier?
trop de pub mensongères ou tronquées!

Écrit par : guima | 23/03/2015

Les savons aussi sont bios maintenant. Rêvons que dans un délai appréciable, ce sont les produits non bios qui devront porter une mention spéciale sur l'emballage !

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 23/03/2015

Gros soupirs (au pluriel) à propos du savon "À" l'huile d'olive, et du savon "Bio"...

Le savon que propose Lou Ravi est dit "à" l'huile d'olive :
"véritable Savon de Marseille Extra Pur, à l’huile d’olive, garanti 72% d’huiles, pur végétal."
72% d'huileS ça veut dire que dans les 72% il n'y a pas que de l'huile d'olive :-((
http://www.rampal-latour.fr/blog/vos-questions-nos-reponses/

En outre (de quoi être vraiment outré !) que ce soit en produits de toilette ou en alimentation, la mention "Bio" ne garantit ab-so-lu-ment pas que la composition soit exempte d'huile de palme. Dès que je vois la mention "huile végétale" je n'achète pas, car à tous les coups l'huile végétale en question, c'est de l'huile de palme !

Et pendant que j'y suis, je précise à ceux qui se soucient de protéger leurs artères d'un méchant bouchon graisseux (cholestérol) que l'huile de coprah, ou huile de coco, est aussi néfaste que l'huile de palme :
http://www.plaisirssante.ca/cuisine/nutrition/l-huile-de-coco-est-elle-sans-danger#eWfZ56TeI3K7xkmY.97
À bon entendeur...

Et chaussez bien vos lunettes pour lire la composition avant d'acheter. Les étiquettes ont une nette tendance à être imprimées en caractères de plus en plus minuscules (grrrrrr !)

Écrit par : Tilia | 23/03/2015

Comme le dit Michel: à qui se fier ? !

Écrit par : Lou Ravi | 23/03/2015

Écrire un commentaire