Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Empacha à la Ligno | Page d'accueil | Li nouvèu ami »

22/02/2015

Carriero Arelha-Jutarié

Rue Reille-Juiverie
Reille-Juiverie street

2111940860.jpg

Photo G. Longpré - 1967 - A.M.A. 69Fi0107.

Commentaires

je ne reconnais pas, je ne connais que la descente raide
a bien changé

Écrit par : brigetoun | 22/02/2015

Pour la situation, voir ici :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2015/01/23/cinquanto-an-apres-l-intrado-de-la-vieio-jutarie-825585.html

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 22/02/2015

là, faut reconnaitre, ça a plus que changé : le réaménagement de la Balance des années 70 est passé par là.

Écrit par : Lucien | 22/02/2015

On voit nettement ici, comme l'a déjà fait remarquer Alain Breton que la rue tourne à gauche. La nature et l'état de ces immeubles pouvaient justifier, ici, leur démolition. A la fenêtre du 2ème étage, une cuvette à eau ?
Sur les annuaires Capeau il y a la rue Vieille-Juiverie (avec un seul n°, le 4) et la Reille (référence à la rue voisine)- Juiverie cette dernière comportant seulement 4 numéros: 2, 4, 17 et 19. ???

Écrit par : Lou Ravi | 22/02/2015

Lou, en effet il y a un double problème de dénomination des voies et de numérotation.

Si l'on s'en tient au plan d'alignement de 1854, qui comporte les N°s des immeubles, nous sommes dans la rue REILLE-JUIVERIE.

L'immeuble tout à gauche, très de profil, est le 1, rue Reille Juiverie, mais il forme le même lot que le 6, rue Puits de la Reille. Juste après, non visible sur le cliché car en décrochement, un lot qui n'a pas de n° sur la rue Reille Juiverie, mais est au 8, rue Puits de la Reille. Après, et tojours invisible sur ce cliché mais bien visible sur le précédent d'il y a deux jours (cliché Sonnier 1965), le 3, rue Reille Juiverie qui forme aussi le 10, rue Puits de la Reille.

En face de nous sur le cliché, le portail des déménageurs est au 2, rue Reille Juiverie. L'immeuble à sa droite (gros balcon, verrière) n'a pas de n° ici mais constitue l'arrière du 1, rue Petite Reille. Enfin, celui d'après, tout à droite du cliché, n'a pas de n° non plus sur la Reille Juiverie mais constitue le 4, rue Puits de la Reille.

Ouf !

Il faut consulter le plan en cause (Archives municipales, 53Fi 38) pour voir qu'en effet, les n°s impairs de la rue Vieille Juiverie s'étendent sur tout le parcours de ce cul-de-sac qui était en prolongement de la Reille-Juiverie (n° 1 à 15 inclus).

Donc Capeau s'est trompé, il n'y a que 2 numéros "valides" rue Reille Juiverie (2 et 4), les 17 et 19 sont rue Vieille Juiverie !

A moins qu'il ne se soit trompé sur toute la ligne, car le plan en cause montre qu'il n'y a aussi que 2 n°s pairs, 2 et 4, sur la rue Vieille-Juiverie...

Pas facile, n'est-ce pas ?

Écrit par : Alain Breton | 22/02/2015

la communauté juive a toujours été un peuple chassé et soumis aux pires exactions.

Si l'expulsion des Juifs des États pontificaux en 1569 n'est que partiellement appliquée6, ils sont obligés, à partir de la fin du XVIe siècle, de s'installer dans une des quatre « carrières » comtadines (« carriero » en provençal, « messila » en hébreu), c'est-à-dire un quartier de quelques rues bien délimitées fermées chaque soir. Ce sont les Arba Kehilot, dites les quatre saintes communautés d’Avignon, de Carpentras, de Cavaillon et de L'Isle-sur-la-Sorgue6 se réfèrant aux quatre saintes communautés de Terre sainte : Jérusalem, Hébron, Safed et Tibériade

si ce n'est toi c'est donc ton frère : http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jean_de_la_fontaine/le_loup_et_l_agneau.html

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:SalleDePriere_SynagogueAvignon_2007.JPG?uselang=fr
oui je sais pas beaucoup de rapport avec la vieille juiverie encore que avec les évènements que nous vivons actuellement..................

Écrit par : guima | 22/02/2015

Il y a donc une erreur en aval sur la fiche des archives :
http://recherche.archives.avignon.fr/4DCGI/Web_VoirLaNotice/34_01/69Fi107/ILUMP24018
On peut facilement admettre la confusion entre "Vieille-Juiverie" et "Reille-Juiverie" !
Quant à y voir clair dans la distribution des numéros selon les rues : pas facile.
N'est-ce pas ? :D)

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 22/02/2015

J'ai donc corrigé le titre de la photo et les tags.

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 22/02/2015

la rue Reille Juiverie partait de la rue de la Reille pour aboutir rue de la Vieille Juiverie

Écrit par : guima | 22/02/2015

Le "Guide du voyageur ou Dictionnaire historique des rues et des places publiques de la ville d'Avignon" de Paul Achard dit en 1857 (p.115) :
"RUE DE REILLE-JUIVERIE ... ET RUE REILLE ...
Noms nouveaux donnés en 1843 à des traverses de la Vieille-Juiverie qui n’avaient aucune dénomination particulière."

Écrit par : Frédéric Viallon | 22/02/2015

RUE VIEILLE-JUIVERIE
DE LA PLACE DU PALAIS
À LA RUE FERRUCE
Une très ancienne
tradition, corrobée par cette circonstance que les juifs étaient spécialement placés sous la protection de l’évêque, porte que la Juiverie était anciennement dans ce quartier, qui ne comprend pas moins de cinq petite
rues : mais les documents écrits gardent, à ce sujet, un silence embarrassant.

Écrit par : guima | 22/02/2015

Oui, il y a de quoi s'y perdre, et une chatte n'y trouverait pas ses petits (d'autant que les chats de gouttière devaient pulluler dans le coin !).

Merci à Frédéric de nous confirmer ces dénominations "nouvelles" en 1843, qui n'ont peut-être pas perduré jusqu'aux années 1960. En effet, la présence de nombreux immeubles à double façade - et donc double adresse - complique bien des choses, et au final les délibérations municipales et dossiers des années 1920 à 1950 ne connaissent que les rues Puits de la Reille, Petite Reille et Vieille Juiverie. De quand date l'annuaire Capeau dont nous parle Lou Ravi (et que je ne connais pas) ?

Guima, j'ai souvenir d'une étude un peu datée, mais très documentée, sur la "Carrière" d'Avignon, par Philippe Prévot (parue chez Aubanel, si je ne me trompe). Peut-être l'auteur nous en dit-il un peu plus que le Web sur son état primitif ?

Écrit par : Alain Breton | 22/02/2015

http://books.google.fr/books?id=2YIEAAAAQAAJ&pg=PA78&hl=fr&source=gbs_toc_r&cad=4#v=onepage&q&f=false

Écrit par : guima | 23/02/2015

Les commentaires sont fermés.