Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Cènt an après lou Pargue dis Equipage | Page d'accueil | Ounte sian ? »

14/02/2015

Adessias Viviane

Adieu Viviane
Farewell Viviane


Adieu Viviane un film de Florine Clap produit par Avril Films.

Commentaires

un film chaleureux que j'ai beaucoup aimé l'autre jour

Écrit par : brigetoun | 14/02/2015

Merci à Florine Clap pour ce touchant hommage.

Pauvre Viviane ! je n'aimerais pas finir comme elle, emmenée de force dans une "maison médicalisée". Des mouroirs en fait, ces maisons...

Viviane a bien raison de dire que chacun suit sa logique et que la plupart du temps ça pose des problèmes, je connais ça avec mon cher et tendre :-))

Écrit par : Tilia | 14/02/2015

Je l'ai très bien connu ....un peu /beaucoup particulière...... Viviane ne devait pas être âgée?
Merci pour ce témoignage

Écrit par : Michel Bourgue | 14/02/2015

Si mes souvenirs sont bons de ce que l'on m'a raconté, elle a été internée à l'hôpital psychiatrique de Montdevergues, mais pas "de force".

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 14/02/2015

Malheureusement c'était sa place car elle était entrée dans une déchéance morale et physique (plus d'entretien) .Nous la voyions tous les jours aux halles à l'heure de la fermeture .
Je tiens à préciser qu'elle ne faisait pas la mendicité et au contraire elle se faisait de petits plaisir .J'ai essaye maintes et maintes fois de dialoguer avec elle mais impossible ,elle entrait de suite dans un monologue .
Apres Cruncrun ,Suprienne nos originaux nous quittent un par un

Écrit par : Michel Bourgue | 14/02/2015

J'ai été très touché en regardant ce film :
Au début des années 80, quand j'étais petit, j'ai eu Viviane comme professeur de poterie-peinture-sur-tissu-et-pein-d'autres-choses à l'école des Beaux-arts, dans les immenses salles décrépites de la caserne de passagers.
Sans avoir de souvenirs précis, j'en ai gardé une impression délicieuse.
Elle étais déjà totalement foutraque, pleine d'idées, habillée de vêtements hippie-beatnik pendouillants et colorés.
J'ai retrouvé son élocution si particulière qui ajoutait à l'impression déstabilisante, voire (je m'en suis rendu compte en la re-rencontrant après avoir grandi) exaspérante que cela faisait d'essayer de suivre ses idées souvent "espéciales", en tout cas hors de la norme commune !
Je pense que aussi que sa manière bien à elle de vivre avec son diabète a dû rendre fou une tripotée de médecins ...

Écrit par : Frédéric Viallon | 14/02/2015

Je l'ai peu connue. Déjà allumée. Mais nous avons tous nos feux ou nos extinctions intérieures.

Écrit par : Lou Ravi | 15/02/2015

Les commentaires sont fermés.