Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Tourturo suito | Page d'accueil | Venus »

03/11/2014

Cènt an après Gautier-Montserret

Cent ans après Gautier-Montserret
A hundred years after Gautier-Montserret

3772925697.jpg 2278922084.jpg

Commentaires

je me demandais ce que tu appelais ainsi - ben oui je ne me souviens pas de son aspect il y a cinquante ans… et depuis que suis là Gautier Montserret n'est plus
par contre c'est nouveau ce pavage et cette grille, non ?

Écrit par : brigetoun | 03/11/2014

Magnifique découverte !
Une explication au "Quatre de chiffre" ?...
(j'attends avec impatience les commentaires d'André Breton et de Lou Ravi)

Bizarre, on ne voit pas les gargouilles sur la photo ancienne...

Écrit par : Tilia | 03/11/2014

J'ajoute que les créneaux non plus ne sont pas visibles sur la photo d'avant...

Écrit par : Tilia | 03/11/2014

L’histoire des vieilles pierres ce n’est pas trop mon truc. Et celle de la maison IV de Chiffres m’a toujours parue compliquée. J’aime bien les guides qui vous disent qu’elle tire son nom « de façon évidente » du chiffre IV gravé sur la façade…Alain Breton va nous le dire s’il passe par ici.
Les travaux que l’on voit pourraient être liés au remaniement de certains immeubles à la suite de l’élargissement de la première portion de la rue Guillaume Puy dénommée rue des Clefs avant le percement définitif que l’on connaît, des remparts à la Carreterie. On serait en ce cas un peu avant 1900 ce que semble confirmer les tenues. Ce pâté de maisons, jusqu’à la deuxième roue que l’on voit, a appartenu à la fabrique de bière (Gros) qui était là où il y eut la salle des ventes, au début de la rue Guillaume Puy. Il y avait une autre roue juste derrière le tas de pierres. Enlevée (comme l’obligation lui en avait été faite lors du réaménagement du carrefour Guillaume Puy-Teinturiers) par Georges Bressy qui était devenu propriétaire de IV de Chiffres en 1894. Cette roue installée par un certain Buffardin fin XVIII, moulinier à soie et farine, gênait aussi, par le «barrage» qu’elle faisait, le fonctionnement de celle située juste à l’Est (presque en face le théâtre du Chien qui Fume). Ce que l’on voit par terre devant le muret, pourrait-il être l’axe, déposé, de cette roue ?
Pour en terminer car on pourrait écrire des pages sur ce quartier (d’ailleurs Marc Maynègre l’a fait !) un mot des Ets Gautier-Montserret. Ils succédaient à d’autres fondeurs et furent spécialisés d’abord dans les sonnailles. Puis développèrent surtout une activité de tuyauterie robinetterie, devenant un des principaux fournisseurs de la ville. Voir les produits fabriqués peints sur la façade, dans deux « cartouches » au-dessus de la porte d’entrée. Sur ebay ou Le Bon Coin vous trouverez quelques jolis grelots marqués GM :


http://www.ebay.fr/sch/i.html?_odkw=grelot&_from=R40&_osacat=0&_from=R40&_trksid=p2045573.m570.l1313.TR0.TRC0.

http://www.paruvendu.fr/annonces/collection/gros-grelot-de-diligence-g-m-avignon-xviiie-s-manosque-04100/1197750300A1KBCO00000

Écrit par : Lou Ravi | 03/11/2014

Mon lien ebay est inactif. Entrer grelot GM. Je vient de retrouver la date de la création de la fonderie GM: 1884 (Source JP Locci).

Écrit par : Lou Ravi | 03/11/2014

Oui, Brigtoun, toute la rue a été refaite avec une calade d'aujourd'hui : bétonnée !
Comme ça, la m... restera bien en surface...

Tilia, le quatre de chiffre (qui à mon avis n'en est pas un) reste une énigme.
http://avignon.midiblogs.com/archive/2009/03/21/qu-est-ce-que-ca-veut-dire-what-does-it-mean.html#comments

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 03/11/2014

Il y a cent ans, déjà en travaux.
Une tradition.
Histoires de vieilles pierres.

Écrit par : jeandler | 03/11/2014

un lien vers la maison IV de chiffre qui nous apprend guère plus!

http://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_du_IV_de_Chiffre

Écrit par : guima | 03/11/2014

En attendant que les mânes d'André Breton ne viennent satisfaire la demande de Tilla... juste un commentaire très succint vu que tout a déjà été dit, et très bien dit, par Lou Ravi.

Certes, le signe gravé sur la façade est appelé par tout le monde "quatre de chiffre" alors qu'il n'y a pas de quatre... mais je m'interroge très sérieusement sur la question de l'éventuel sciage de la partie supérieure du blason, qui me semble bien trop rectiligne par rapport au reste. Partie supérieure où se situe précisément le 4 dans les représentations données...

Quant à la signification du signe... A cet emplacement (dans un ressaut du larmier), à la fin du XV°, on trouve bien souvent le blason du propriétaire du bâtiment. Que dire de plus ?

Écrit par : Alain Breton | 03/11/2014

"l'éventuel sciage de la partie supérieure du blason"... je n'avais pas pensé à ça, Alain...

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 03/11/2014

Et cette hypothèse me plaît beaucoup. Elle est étayée par le fait que la barre verticale touche le bord supérieur contre lequel il n'y a pas la marge que l'on trouve sur les trois autres côtés du blason.

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 03/11/2014

http://t3m.voila.net/int_signe_de_croix_suite.htm

Écrit par : Pautrat Jean Marie | 03/11/2014

http://t3m.voila.net/int_signe_de_croix_suite.htm

Écrit par : Pautrat Jean Marie | 03/11/2014

Un "4" mis à toutes les sauces. La fonderie ne survivra pas à tous ces aménagements et migrera plus loin, en face ce qui est le restaurant l'Offset. Avec, avant la force électrique, un probable entraînement des machines par un axe traversant la rue, sous celle-ci, depuis la roue installée de l'autre côté, en face.

Écrit par : Lou Ravi | 03/11/2014

Alain Breton : pardon pour ce nouveau lapsus, c'est l'âge !
tout ce qui relève de la mémoire récente (moins de cinq ans) me pose + ou - problème :-(

Écrit par : Tilia | 03/11/2014

J'ai une petite cloche de cette fonderie...

Écrit par : Patricia | 04/11/2014

Pour ce qui concerne le "quatre de chiffre" en tant que tel, il a aussi été un signe corporatif. On le trouve dans diverses professions (construction imprimeurs, compagnonnage etc..). Il se peut que le propriétaire initial de la bâtisse ait été membre d'une de ces corporations et ait fait fortune. L'apposition du "4 de chiffre" en façade n'étant jamais qu'un rappel de l'origine de son enrichissement. Pour plus d'information sur la signification symbolique R Guénon et JM Mathonière ont bien développé sur les sujet.

Écrit par : hrms | 05/11/2014

Descendant de la famille Gautier, et faisant un peu de généalogie, j'aurais aimé vous faire parvenir un cliché pris devant l'entrée de la maison 4 de chiffre qui a appartenu un temps à mon arrière Grand Père. Le cliché date de 1892. Si une personne peu m'indiquer comment vous faire passer ce document, elle peu me contacter par mail michel.norbert@yahoo.fr

Écrit par : Michel norbert | 09/12/2014

Bonjour Monsieur Norbert et bienvenue ici.
Je vous ai envoyé un courriel.
Vous m'excuserez, dans ce dernier je vous ai appelé par erreur Monsieur Gautier !

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 09/12/2014

Bonjour,
J'essaie de faire quelques pages sur les fondeurs d'Avignon. Me permettez-vous d'utiliser ces photos et qui dois-je citer ?
Cette photo est dans quelle rue ? Je connaissais l'enseigne rue des teinturiers toujours présente en 2012.
bien cordialement
Lionel Dieu

Écrit par : Lionel Dieu | 31/03/2015

Bonjour,
Vous pouvez faire paraître ces photos qui appartiennent au passé. Comme je vous le disais précédemment j'écrit ou, je tente d'écrire l'histoire de ma famille : Gautier côté maternel, vers Courthézon environ 1600 et Michel côté paternel (Javel Mijo 71 route de Lyon Avignon) vers Mormoiron environ 1550. J'ai récemment retrouvé de vieux actes d'achat, de cession concernant l'achat de l'ancienne fonderie REYNIER par GAUTIER / MONTSERRET le 14 Mars 1884, fonderie alors située au 26 rue des teinturiers. Un autre acte fait état de l'achat du 43 rue des teinturiers en 1895. C'est la que nous l'avons connues jusqu'à sa fermeture. Succédant donc à la fonderie REYNIER par le rachat, je suppose que REYNIER était locataire de la maison 4 de chiffre. Je sais par le témoignage de ma Mère et de sa sœur que tous leurs oncles et tante sont nés dans cette demeure sauf leur Père donc mon Grand-Père Félix né en 1892. Je tiens toujours à votre disposition une photo de mon arrière Grand-Père et les ouvriers devant la porte de cette maison. Pour vous l'envoyer il me faut votre email personnel.
Amicalement à vous et votre équipe.
N.M.

Écrit par : Michel Norbert | 31/03/2015

Bonjour Lionel et bienvenue ici,
Je suis content que Michel Norbert ait répondu avant moi à votre message.
En ce qui concerne ce blog, vous pouvez utiliser les photos qui y figurent.
Citer l'adresse de ce blog sera très apprécié !
Vous y trouverez d'ailleurs la photo dont parle Michel Norbert ici :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2014/12/09/li-fantaumo-de-l-oustau-4-de-chifro-821878.html
(Haute résolution en cliquant sur l'image.)
Michel Norbert que vous pouvez citer également puisque c'est lui qui m'a fourni cette photo.

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 31/03/2015

Bonjour,
J'ai tenté une petite contribution aux sonnailles avignonnaises ici
http://www.sonnailles.net/index.php/histoire/fondeurs-et-forgerons/avignon
Merci de votre accueil et au sens du partage de Norbert Michel.
bien cordialement
Lionel Dieu

Écrit par : Lionel Dieu | 07/04/2015

Pour info: après Carpentras Marc Maynègre a donné une conférence sur les fonderies de cloches à Avignon le 31 mars dans le cadre des après-midi de Fonséca.

Écrit par : Lou Ravi | 07/04/2015

Si Marc Maynègre donne une autre conférence, je suis intéressé, prévenez-moi je peux descendre de Grenoble
bien cordialement
Lionel Dieu

Écrit par : Lionel Dieu | 17/04/2015

Lionel, Marc Maynègre n'est pas du tout un fana d'internet mais il est dans l'annuaire (Avignon). Il se ferait je pense un plaisir de vous renseigner. Bravo pour votre site. Il y a eut en 1983 une exposition "Sonnailles Cloches et Campaniles" à l'abbaye de Sénanque à Gordes. Elle a fait l'objet de l'édition d'un petit livre qui est peut être encore disponible. 3 pages sont consacrées à la fabrication des sonnailles.

Écrit par : Lou Ravi | 20/04/2015

Les commentaires sont fermés.