Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Cènt-dès-e-vue an après plaço dóu Reloge | Page d'accueil | Atmousfèro 1900 : un councert improuvisa »

01/05/2014

Cènt-dès-e-sèt an après plaço dóu Reloge

Cent-dix-sept ans après place de l'Horloge
Hundred and seventeen years after Horloge square

3042850532.jpg 2855614764.jpg

Commentaires

il y a moins de place pour les piétons

Écrit par : brigetoun | 01/05/2014

Les melons de ces messieurs me font penser aux Dupont et Dupond :-)
et les vêtement noirs en plein soleil, pour moi c'est une véritable torture !

Écrit par : Tilia | 01/05/2014

Cette fois-ci, "y'a pas photo" je préfère notre époque !

Écrit par : Tilia | 01/05/2014

Lou reloge... comme lou Ravi...

Écrit par : Pautrat Jean Marie | 01/05/2014

J'hésite mais suis de l'avis de Tilla.......

Écrit par : Michel Bourgue | 01/05/2014

Même le chien est noir ! Sur la première photo, il n'a pas l'air de faire chaud.
Je préfère l'ancienne place, je trouve que tous ces mauvais restaurants à touristes ont trop de terrasses.

Écrit par : Sconstant | 01/05/2014

Printemps frisquet en effet. On aperçoit un des 4 lampadaires électriques qui remplacent les 8 becs de gaz qui sont encore en place. Les platanes plantés en 1860 vont vers leur trentenaire. On va et on vient de café en restaurant, de cercle en troquet. Une dizaine d'établissements à l'époque, on voit un des deux cafés du fond de la place. On imagine les gamins au cerceau qui montent au Jardin des Doms directement, les jeunes filles des pensionnats qui passent au large (du Monument) pour aller à Notre-Dame…
Le type derrière le chien rappelle un peu par son allure le célèbre Crun-Crun «l’agante-chin» que tant de photos et cartes postales ont immortalisé.

Écrit par : Lou Ravi | 01/05/2014

Sombre sur la photo en noir et blanc ne signifie pas noir dans la réalité...

Suivant la qualité de l'émulsion utilisée pour la prise de vue, une même couleur va ressortir différemment.

A la Belle Epoque, les émulsions étaient pour la plupart "orthochromatiques" car insensibles au rouge, d'où la possiblité de traitement sous une lampe de cette couleur. Mais même la sensibilité aux verts et bleus était assez variable d'une marque à l'autre !

Donc en résumé, il est possible que la scène que nous voyons en gamme de gris avec des noirs profonds ait été, dans la vraie vie, extrêmement colorée !

Écrit par : Alain Breton | 01/05/2014

Un lieu qui semble avoir été préservé dans son ensemble. Ne nous plaignons pas trop.

Écrit par : jeandler | 01/05/2014

bonjour,

dans le fond on distingue, me semble-t-il, le grand bar qui a déjà fait l'objet d'un " débat"

Écrit par : guima | 01/05/2014

Non ce n'est pas le Grand Bar mais le Café Tailleux (faut que je vérifie) à l'existence plutôt éphemère. La vaste terrasse de son restaurant, bien abritée du Mistral, était recherchée. Le Grand Bar (Café Coeur, de l'Univers, Pujade etc.) était plus à droite. J'ai dit trentenaires pour les platanes les rajeunissant d'une dizaine...

Écrit par : Lou Ravi | 01/05/2014

Bonjour,
ma grand-mère me racontait que lorsque les classes de filles passaient devant le monument du centenaire, on leur faisait tourner la tête de l'autre coté pour ne pas voir les hommes nus!

sont moins prudes maintenant!!

Écrit par : guima | 02/05/2014

Écrire un commentaire