Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Suito dis obro d'Ali | Page d'accueil | Urous ! (2) »

15/04/2014

Carriero Veloutarié cènt-e-vint an après

Rue Velouterie cent-vingt ans après
Velouterie street hundred and twenty years after

854601388.jpg 3713412956.jpg

Photo Franceline Chabrier de Lafongt vers 1896.

Commentaires

On dirait que la maison des Chabrier est restée dans son jus..

Écrit par : Tilia | 15/04/2014

Franceline Chabrier de L. aurait habité ici ? Je n'en ai pas la trace.
C’est bien l’inondation de novembre 1896 qui se répand dans la rue caladée. Les maisons bourgeoises de droite étaient des immeubles «de rapport». Curieuse toiture, pentue, derrière. A gauche subsiste le long mur des jardins de la Visitation (anciennement des capucins). On craignait la jonction avec des eaux que l’on voit, entrées par la porte Saint Roch, avec celles pouvant franchir la nouvelle «porte» Saint Dominique » si les bâtardeaux de cette dernière étaient défaillants. On connaissait le risque : 4 marches, soit près de 80 cm, pour accéder aux rez-de chaussée.

Écrit par : Lou Ravi | 15/04/2014

passer un peu en retard, et grâce aux commentaires apprendre

Écrit par : brigetoun | 15/04/2014

Par cette photo j'apprends que les eaux arrivaient par le Sud .....et je ne connaissais pas ce mur .
Merci maintenant je vais chercher sur la photographe..

Écrit par : Michel Bourgue | 15/04/2014

On est dans un autre univers même si les lieux se ressemblent.

Écrit par : Fardoise | 15/04/2014

Je ne sais pas si on est vraiment sans un autre univers. Hors la présence nouvelle du lycée on reste dans un quartier bourgeois, résidentiel et assez prisé car d'un calme relatif (malgré l'omniprésence de la voiture) comme il y a cent ans. Sans commerces, sans ateliers (il y eût cependant Vernet matériel apicole, plus loin). C'étaient parfois les eaux de la Durance, repoussées par l'effet barrage du Rhône en crue, qui arrivaient à remonter vers la ville. Si l'alignement des rez-de-chaussée est respecté, un balcon, en débord sur la rue a poussé. On peut le regretter pour le coup d'oeil. Je ne connais pas les règles d'urbanisme en la matière. Autorisaient-elle cette excroissance a-dessus de la voie publique ?

Écrit par : Lou Ravi | 15/04/2014

Le lycée est de l'autre côté du boulevard Raspail.
Il y a avait bien juste avant le lycée les établissements Vernet où mon père a travailé pendant 15 ans.

Écrit par : Pautrat Jean Marie | 15/04/2014

"Lors du recensement de 1896, Monsieur et Madame Chabrier habitent seuls, 6 rue Velouterie, à Avignon." :
http://saint.memoire.free.fr/Chabrier-de-Lafongt.pdf

Écrit par : Tilia | 15/04/2014

Lou, l'excroissance est bien agréable quand il pleut !

Merci Tilia !
Sur la maison aux trois portes que l'on voit, celle du milieu est aujourd'hui le numéro 6.

Écrit par : ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ | 15/04/2014

Bravo Tilia ! Notre photographe était donc aux premières loges pour voir l'eau monter...ou plutôt descendre car le point le plus bas doit être près de l'entrée du lycée Mistral dont on voit la grille à gauche. Bravo aussi pour la précision du cadrage du cliché actuel que l'on mesure bien avec l'arc de la porte Saint Roch. C'est aujourd'hui le quartier de Michel C. que l'on verra moins à la Maison Manon...

Écrit par : Lou Ravi | 15/04/2014

Si c'est la porte Saint Roch que l'on voit, ce ne sont pas les grilles du Lycée Mistral que l'on voit à gauche, non? ou suis-je perdu?

Écrit par : Pautrat Jean Marie | 15/04/2014

Oui à gauche les grilles de Mistral.......

Écrit par : Michel Bourgue | 16/04/2014

Pour moi a gauche ce ne sont pas des grilles mais un mur...
Agrandissez la photo.
Lorsqu'on est face à la porte Saint Roch, les grilles du Lycée sont dans le dos et à droite.

Écrit par : Pautrat Jean Marie | 16/04/2014

Autant pour moi, je viens de comprendre...ce sont bien les grilles du lycée à gauche.

Écrit par : Pautrat Jean Marie | 16/04/2014

Dans les années 50, avant que soit construit le Lycée, il y avait une espèce de cité, comparable à la caserne des passagers, qui me paraissait infame...

Écrit par : Pautrat Jean Marie | 16/04/2014

Les commentaires sont fermés.