Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Sucre | Page d'accueil | Engavachamen »

01/10/2013

Li marco di pres-fachié

Les marques des tâcherons
Hacks marks

340600295.jpg

Commentaires

curieux la façon dont elles sont regroupées là

Écrit par : brigitte Celerier | 01/10/2013

Signes des compagnons?
Mais il me semble qu'il y en a beaucoup ?
Il parait que c'était une façon de dire "tu penses que tu me dois des sous"

Écrit par : michel Bourgue | 01/10/2013

L'inventaire complet de ces marques de tâcherons (qui n'étaient pas forcément des compagnons) a été fait par les fait par les frères Machin (j'ai oublié leur nom) en 1883. Beaucoup ne sont plus visibles. Sans compter avec les réemplois et peut-être avec des signes plus récents, farfelus ? Ces marques disparaissent vers la fin du XVème. Leur grand nombre à Avignon (450) doit témoigner de l'importance du chantier qui employait des centaines de tailleurs. La présence plus nombreuses à certains endroits des remparts traduit-elle, hors le problème des reconstructions et restaurations, une organisation différente des chantiers ?

Écrit par : Lou Ravi | 01/10/2013

Chaque tailleur de pierre a sa marque, payé qu'il est à la pièce.
Les pierres disposées au hasard dans le mur qui s'habille, la marque pas toujours, de ce fait, visible.

Écrit par : jeandler | 01/10/2013

A priori, ces marques avaient une vocation "comptable", elles permettaient de rémunérer les ouvriers qui étaient payés à la pièce.

Elles sont donc systématiqueemnt portées par les faces vues, même pour les boutisses, ce qui montre qu'il y avait beaucoup de rationalisation dans la "production" des pierres taillées sur un chantier

Avec effectivement des effectifs assez nombreux, pas nécessairement tous en même temps - un chantier comme celui des remparts a duré des décennies, sans oublier les nécessaires travaux d'entretien qui durent être permanents ! Ici, par exemple, une portion du mur situé à gauche de la photo a été purement et simplement renversée par l'inondation de 1856.

Lou Ravi, il y a un exemple d'emploi très tardif de marques de tacherons, c'est la Collégiale Notre-Dame des Anges à l'Isle sur Sorgue (1647 - 1669). Encore les marques (qui ne sont pas médiévales, pas de remploi !) sont-elles concentrées sur les encadrement de baies, pour ce que j'ai pu en juger.

Pour finir, Michel, pourquoi traduire "tacherons" par "pres-fachié" ? Je vois plutôt dans ce mot provençal des "prix-facteurs", ceux qui prenaient un travail à prix-fait, c'est à dire via un marché... On dirait de nos jours des "entrepreneurs", ceux qui sont les responsables juridiques de l'éxécution, mais pas nécessairement ceux qui mettent la main à la pâte...

Écrit par : Alain Breton | 01/10/2013

J'ai vu au Pontet aux anciens entrepôts de la Cempa un très belle marque de compagnon sur une très grosse et vielle poutre.
J'ai demande à un compagnon la signification de ces signes ,il m'a répondu "moi je sais ,mais n'est pas les droit de le dire "
Compagnon = secte =tabou qui sait ??????
Malgré cela j'aime leur esprit et surtout leur savoir faire

Écrit par : michel Bourgue | 01/10/2013

Les commentaires sont fermés.