Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Setanto an après carriero dóu Coulège de la Crous | Page d'accueil | Generouso óufrèndo »

25/01/2013

Setanto-an après carriero dóu Rèi-Reinié

Soixante-dix ans après rue du Roi-René
Seventy years after Roi-René street

2192802943.jpg 1068516527.jpg

Photo Molinard.

Commentaires

ce qu'on ne voit pas sur la récente : les graffitis odieux sur les deux fresques sur anciennes fenêtres, et, juste après le coin, l'état désespéré du balcon puis de la façade de l'Hôtel de Fortia de Motréal

Écrit par : brigetoun | 25/01/2013

AH ! Ah ! Le photographe fait toujours un choix !

Écrit par : jeandler | 25/01/2013

Oui Jeandler, et ici c'est L'Art des Choix (j'ai honte !). Honte pour de vrai que tous ces tags qui salopent régulièrement les si belles portes et façades de cette rue.
Dans ce coin de la ville la richesse des immeubles, livrées, hôtels, allait de pair pour moi avec leur discrétion…Je n’ai commencé à m’intéresser à eux qu’à force de croiser des touristes dont je me demandais s’ils ne chopaient pas des torticolis à cheminer le nez en l’air. Avec des airs de caluds cherchant des figues là où il n’y en a pas. Belles frayeurs qu’ils se faisaient aussi, car les trottoirs sont ici aussi larges que des anchois, en évitant de justesse les jeunes qui comme moi fonçaient le nez dans le guidon. Tu vas des Halles animées et grouillantes à Saint-Didier la sonnante à toute allure. En passant comme dans un tunnel construit par des riches trop raspias pour te mettre la lumière. Bref, l’étrangeté pour moi c’était cet empilement de belles façades, de tous côtés. Abandonnées comme dans les cintres d’un opéra désertés par les machinistes qui auraient oublié de les remonter. Tu as du mal à voir ce qui est à voir…pas de recul possible, peu de jour, beaucoup de décors, de fenêtres hautes, de belles portes qui s’ouvrent sur de mystérieuses cours où il te semble que rien ne bouge et que tout dort. J’ai pas mal lu sur ce quartier. Pas assez pour savoir pourquoi on s’était esquintés à faire de si beaux décors dont la splendeur n’éclaterait jamais au soleil…

Écrit par : Lou Ravi | 25/01/2013

Hélas, hélas, les tags reviennent en force. Ce quartier, du moins cette partie là comme le dit Brigitte, a gagné en mise en valeur
des vieilles pierres, mais il ne faut pas continuer dans la rue du Roi René.

Écrit par : Fardoise | 25/01/2013

Les tags reviennent toujours avec les rentrées scolaires....
Pres de chez moi un collège a été ouvert .depuis tous les murs , portails et palisses tages.
Signes de reconnaissance; clans ou autres , j'aimerai savoir pour ne pas mourir bête.....
Maintenant cette Rue est très froide et pas sympa

Écrit par : bourgue | 25/01/2013

Écrire un commentaire