Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Tèmo dóu jour de City Daily Photo : Para-plueio | Page d'accueil | Nounanto an après l'oustau Salvati-Palasse »

01/02/2013

Setanto an après carriero di Tres-Faucoun

Soixante-dix ans après rue des Trois-Faucons
Seventy years after Trois-Faucons street

2311394698.jpg 1186484310.jpg

Photo Molinard.

Commentaires

coup d'oeil trop rapide (le premier vendredi du mois) - me semble que le plus grand changement est dans les ravalements réalisés ou en cours (sauf la première)

Écrit par : brigetoun | 01/02/2013

un + pour les façades améliorées par les ravalement et la suppression des grilles

un - pour le trottoir toujours aussi étroit en raison du stationnement omniprésent

Écrit par : Tilia | 01/02/2013

Belle photo que de commerces et encore un coiffeur .
Est ce que l'on connait le nombre de coiffeurs dans les années 30?
Par contre sur le trottoir d'en face à la place de l'ancien pâtissier Poutet..la jeune femme spécialiste du "Chocolat"(un véritable drame pour les gourmands)
La maison des vins va t elle déménager ????

Écrit par : Bourgue Michel | 01/02/2013

Coiffeurs, épiciers, bouchers, droguistes…Tous à la trappe !

La marquise avec son bout zingué à Feston est typique des années d’avant-guerre. Poutet était juste après au 15. Sur la photo récente : la blonde Isabelle maintient le nom de la famille ERIZE (qui ne s’est pas arrêté un jour devant la vitrine où trônait toujours un fauteuil en cours de restauration ?). Tous ces immeubles, dont l’Hôtel de Luynes, ont vu leurs rez-de-chaussée cloisonnés par la création de boutiques et commerces. Au premier plan à droite plusieurs commerces se sont succédés. Fin XIX il y avait ici la marbrerie-décoration Bonnefille. Je me demande si elle ne faisait pas suite à celle de François Favier, félibre qui écrivit dans l’Aïoli de F. Mistral. Beaucoup de passage dans cette rue où l’on ne peut guère flâner vu l’étroitesse du trottoir et la circulation…

Écrit par : Lou Ravi | 01/02/2013

Blonde incendiaire......

Écrit par : Bourgue Michel | 01/02/2013

On restaure, on restaure !

Écrit par : Claude | 01/02/2013

Je préfère le vélo aux voitures stationnées.

Écrit par : jeandler | 01/02/2013

il y a 60ans, n'y avait aucune voiture ?
et le "truc" planté dans la façade c'est quoi ?

Écrit par : Arécol | 01/02/2013

Je ne sais pas combien de coiffeurs il y avait en 1930.
Mais je sais qu'en 1924 il y avait 39 coiffeurs et 5 coiffeuses (ne les oublions pas).

Bonne question : les vins de pays de Vaucluse vont-ils garder l'hôtel de Rochegude ???

Il n'y a pas de "truc planté dans la façade".
Il s'agit d'une guirlande de Noël restée suspendue sur son fil...

Écrit par : Michel Benoit | 01/02/2013

Qui peut lire la pub sur le coiffeur ?

Écrit par : Bourgue Michel | 01/02/2013

Le nom du coiffeur commence par Ga...

Écrit par : Michel Benoit | 01/02/2013

Écrire un commentaire