Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Atmousfèro 1900 : carriero dóu Vièi-Sestié 2 | Page d'accueil | Antòni Grivolas »

24/02/2013

Quatre foto d'Amièi Marfoure

Quatre photos d'Émile Marfoure
Four pictures of Émile Marfoure

3185609764.jpg

Commentaires

presque de quoi aller jusqu'au petit palais - de quoi apprécier maintenant l'absence des voitures, de quoi me souvenir du froid de gueux cet après-midi

Écrit par : brigetoun | 24/02/2013

Quand tu achetais un 4 L Ami 6 404 Simca 1000 ou Fiat 500 tu avais le "look"
En 2013 "look rococo"

Écrit par : Bourgue Michel | 24/02/2013

Quelle année ? fin soixante(s) ?
Le "look" n'existait pas à l'époque, par contre ces voitures sont le reflet d'une époque... révolue !

Beaucoup de grues à l'arrière-plan...

Écrit par : Pat | 24/02/2013

Grues à l'arrière-plan = chantier de la Balance.

Période = 1965 / 1970.

Écrit par : Michel Benoit | 24/02/2013

Pat... je ne sais pas ...(si je me réfère aux premières années du nouveau cyclisme)La vie claire et (look)(coupe vent à damiers multicolore) j'ai donne le mien ces jours ci(mon look a trop change)
Mais je n'en suis pas sur...

Écrit par : Bourgue Michel | 24/02/2013

Quatre photos : un beau montage.

Écrit par : jeandler | 24/02/2013

Chapeau pour ce beau panoramique !

Comme le sommet de la tour de Mirault est bien visible (à droite de l'Hôtel des Monnaies) je saute sur l'occasion pour relancer le sujet :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2008/09/21/cent-ans-apres-la-tour-de-mirault.html
en espérant qu'AB, LR, MB ou d'autres auront des informations.

Je me demande qui a décidé d'abattre ses créneaux, et pourquoi...

Écrit par : Tilia | 24/02/2013

Oui, beau montage qui montre bien le côté discontinu et hétérogène des constructions, démolitions, reconstructions, face à un Palais solide et massif. Jusqu’au début du XVème il émergeait d’un ensemble confus d’immeubles et de maisons établies jusqu’à ses pieds, à flanc de pente. L’espace peu à peu dégagé se retrouva bordé côté ouest sans plan architectural d’ensemble et pendant longtemps des moignons de fondations et murs affectèrent la planéité des lieux. Seule la Livrée de Canillac avait quelque ampleur me semble-t-il. Elle était dominée par la haute tour (milieu XIVème) que l’on voit ici et fut elle-même affectée par les travaux de remaniement du quartier avant d’être amputée par des destructions successives au XVIIème puis XVIIIème. La tour (dite aussi de Murol, de Mirault…) servit de lieu d’observation et de catapultage de pierrailles, de 250 barils de fumier et probablement aussi de cadavres d’animaux lors du siège du palais de 1410 mené contre le neveu du pape schismatique Benoît XIII.

Les trois grues que l’on voit sont celles du chantier de la Balance. Sur la place on se gare encore sans difficultés et les Citroën sont reines ! Les emplacements réservés à droite (panneaux et marquage au sol) sont probablement liés à l’activité de la clinique chirurgicale du docteur Passebois qui était au n° 21. Il y avait encore une vie autre que le tourisme dans ces années là…

Écrit par : Lou Ravi | 24/02/2013

Lou le 21 par rapport au Moutardier ?
La vielle poste a fermée en quelle année ?(il y avait les vielles boites )

Écrit par : Bourgue Michel | 24/02/2013

Le Moutardier est au 15, place du Palais (où habitait le famille Amic).

Écrit par : Michel Benoit | 24/02/2013

Le 21, c'est la dernière maison à droite, derrière les vélos contre le platane.

Écrit par : Michel Benoit | 24/02/2013

La remarque de Tilia: effectivement la tour a été rabotée...Le crénelage, en mauvais état, n'existait cependant pas côté Balance. Mais de là à le faire disparaître..."Ni vu, ni connu" ???

Écrit par : Lou Ravi | 24/02/2013

On le voit très bien ici (côté Balance) :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2012/09/08/setanto-an-apres-la-tourre-de-mirault.html

Écrit par : Michel Benoit | 24/02/2013

"250 barils de fumier et probablement aussi de cadavres d’animaux"...

Certains auteurs parlent aussi de tonnelets d'ordures.

Le tout destiné, non pas à marquer le mépris que l'on éprouvait pour les assiégés, mais plutôt à provoquer une éventuelle épidémie pour décimer les troupes adverses... Déjà la guerre bactériologique !

Écrit par : Alain Breton | 25/02/2013

Je n'ai pas compris si c'est toi Michel qui as fait un panoramique de ces quatre photos?

Écrit par : nathalie | 25/02/2013

Alain Breton - intéressante, la première approche de la guerre bactériologique. L'idée était donc en germe depuis longtemps...

Écrit par : nathalie | 25/02/2013

Arf ! Une idée en germe... je n'aurais pas osé...

Quoi que...

Écrit par : Alain Breton | 25/02/2013

Oui, Nathalie, c'est un collage que j'ai fait à partir de quatre photos.

Écrit par : Michel Benoit | 26/02/2013

Écrire un commentaire