Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Balanço 1965 : li bóumian | Page d'accueil | Balanço 1965 : la font »

08/12/2012

8 desèmbre 17h48

1317104844.jpg

Commentaires

Fête de la lumière ou des lumières.
Autant de pensées dans l'air de la nuit.

Écrit par : jeandler | 08/12/2012

Fête de la lumière ou des lumières.
Autant de pensées dans l'air de la nuit.

Écrit par : jeandler | 08/12/2012

J'avais oublié que nous étions le 8 ! Je n'ai jamais entendu parler chez nous de la "Fête des Lumières", comme on le disait à Lyon et peut-être aussi dans le nord. Beaucoup posaient comme ici dans les niches du mur, de petits lumignons sur le rebord de leur fenêtre. C'était un jour de fête, celle de la Vierge, celle des vitrines avec le concours du Dauphiné Libéré, celles des quartiers de l'intra-muros. Je crois bien que c'est ce soir là que la clique du Génie faisait une retraite aux flambeaux que tous les gamins attendaient avec impatience.

Écrit par : Lou Ravi | 08/12/2012

le 13 décembre, la Sainte Luce...( anniversaire de mon père),
on fête en Provence...la lumière,
à la Sainte Luce, l'allongement du jour fait le saut d'une puce...!,
j'ai participé...à Morières à une fête avec bougie flottante au lavoir...il me semble???, il y a longtemps...je vais chercher...

Écrit par : Bonnal-Gauthier-Lambert | 08/12/2012

Patricia: peut-être avec les Nègue-Lume, mais il me semble qu'ils sont surtout actifs à Bedarrides.

Écrit par : Lou Ravi | 08/12/2012

C'est curieux ça, les Nègue-Lume. Nega voulant dire noyer... (le verbe...)

Écrit par : Michel Benoit | 08/12/2012

La tradition des Nègue-Lume est encore vivante à Bédarrides et peut-être aussi à l'Isle, je ne sais plus. A la fin de l'hiver les enfants confectionnaient de petits esquifs portant chandelle. Ils partaient au fil de l'eau et au premier chavirement la "lumière se noyait". Anen néga li lume disait-on en procession pour marquer à la fois la fin des veillées et le rangement des chandelles puisque elles étaient devenues inutiles les jours ayant rallongé. Une photo ci-dessous mais d'autres sur le site de Parlaren Bedarrido qui maintient la mémoire de cette fête.

http://1dedou84.centerblog.net/6523702-anen-nega-li-lume-9719

Écrit par : Lou Ravi | 08/12/2012

désolée, j'étais en marche vers Lambert...

Écrit par : brigetoun | 08/12/2012

La culture morte contre la culture vivante... !

Écrit par : Michel Benoit | 09/12/2012

oui c'est ça!!!,
merci,
il y a une petite vingtaine années...à Morières avec l'école provençale (association)...,
j'ai partagé ce moment avec ma fille..., (un prof de Chateauneuf de Gadagne...à l'époque...),
ma fille ainée a appris le provençal au collège A Tavan ( MR Chabran, je crois, il est décédé...),
ma deuxième fille , de même...( un prof qui venait de Maillane...son nom m'échappe...(ils étaient peu pour ce cours facultatif...),
en 3ème, le cours fut supprimer...,
du coté de Morières...les traditions provençales...disparaissent...,je passe souvent la Durance...pour retrouver...l'âme provençale!.

Écrit par : Bonnal-Gauthier-Lambert | 09/12/2012

Merci Michel d'avoir trouvé le courage pour affronter le vent hier, moi, même voisine, j'étais rentrée trop fatiguée et frigorifiée pour pouvoir ressortir. Je n'ai pas su non plus qu'il y avait un rendez-vous, c'est ça de n'être pas connectée en continu...

Écrit par : Fardoise | 09/12/2012

Joli effet....Cela en valait la chandelle !!!

Écrit par : Françoise | 09/12/2012

le nego-chin : bateau à fond typique de la Sorgue à l'Isle appelé ainsi car même les chiens si noieraient du fait de son instabilité.

Écrit par : De Michèle Patrick | 09/12/2012

Michel, tu aurais pu faire signe aux copains pour cet événement annuel. J'imaginais bien que tu ferais qqchose mais je ne savais pas à quelle heure... j'ai eu peur de me geler pour rien. Alors par curiosité j'ai suivi un moment la procession catholique. Pour une fête de la lumière, il faisait très sombre. Ils ont défilé dans le noir, le mistral froid et méchant ayant soufflé toutes les bougies.

Écrit par : nathalie | 10/12/2012

Je reste, tu penses, terriblement déçu que personne, hors moi, n'ait déposé de lumière sur le mur... Il n'a bientôt plus de raison d'être.

Écrit par : Michel Benoit | 10/12/2012

Les commentaires sont fermés.