Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Tèmo dóu jour : ribo d'aigo | Page d'accueil | Cènt an après 3 e 5 carriero de la Republico »

02/11/2012

Tourre di Chin : cartoucho 7 ?

Tour des Chiens : cartouche 7 ?
Tower of the Dogs :  cartouch 7 ?

3777040112.jpg1196819780.jpg

Commentaires

Chiens ?
cartouches ?
la chasse est ouverte !

Écrit par : Tilia | 02/11/2012

ou reste d'un cartouche martelé

Écrit par : brigitte Celerier | 02/11/2012

une habitation appuyée sur le rempart...?, et l'âtre d'une cheminée...?

Écrit par : Bonnal-Gauthier-Lambert | 02/11/2012

Un cartouche, probably, mais je voudrais comprendre la fonction de ces cartouches qui me font l effet des cartouches sur certains pots de pharmacis destinés à recevoir une étiquette. Que placardait-on sur ces emplacements, des informations destinées à la population, des libelles, affaire à suivre. Lou a du réfléchir avec Huet à ceci. A penny for their thoughts, si ce n est pas top-secret.
F.C

Écrit par : challiol | 02/11/2012

Indubitablement un cartouche bûché.

Les tours des remparts, côté fleuve, regorgeaient de ces inscriptions à la gloire des vice-légats et des réparations que leur mugnificence avait permis d'effectuer...

La communication de l'époque !!

Il me semble avoir évoqué ici le texte de l'une d'entre elles...

Écrit par : Alain Breton | 02/11/2012

Pourquoi 'bûche'?
Réparations des remparts?
Merci

Écrit par : bourgue | 02/11/2012

Je pensais que c était Bleustein- Blanchet qui avait créé la pub, mais de fait c est un phénoméne de toujours. Mais la aussi ,ces cartouches dénaturaient moins le paysage que les sucettes Decaux.C est une ample réflexion sur la ville, ses besoins, un juste-milieu entre ce qu il faut, ce que l on peut supprimer, ce qui fait une ville aimable et non agressive, la courtoisie de la Ville,en un mot.
F.C

Écrit par : challiol | 02/11/2012

Bûcher, c'est (aussi) un terme de maçonnerie qui signifie : enlever d'une pierre ce qui fait saillie.

On l'utilise surtout pour dire que l'on a enlevé d'une paroi des moulures ou des sculptures qui dépassaient, ou que l'on a rendu illisible un texte gravé.

Ici, il est probable que l'inscription elle-même a été victime de la fureur révolutionnaire (où l'on a fait disparaître quantité de mentions rappelant le pouvoir pontifical), et que son encadrement a souffert quant à lui de la construction qui est venue s'adosser au rempart...

Voir plus loin, du côté de la porte St Dominique, pas d'immeuble appuyé au rempart = seules les inscriptions ont disparu, pas les encadrements.

Écrit par : Alain Breton | 02/11/2012

F de C, tout ça, c'est ce qui fait l'urbanité de l'urbanisme...

Écrit par : Alain Breton | 02/11/2012

Buchée et piquetée, sans doute pour y faire adhérer un enduit qui depuis est parti...

Ces cartouches sont-ils tous au niveau d'une tour ?

Écrit par : jeandler | 02/11/2012

A partir du "coin" du boulevard St Roch, en remontant vers le Nord, on rencontre successivement :

- Grand cadre carré à la tour juste après la digue
- Grand cadre ovale à la tour des vannes avant la porte St-Dominique
- Aux allées de l'Oulle, les 2 grandes tours où les courtines sont surélevées ont chacune un grand cadre carré
- Plus loin, la tour ronde juste avant la porte du Rhône porte 3 cadres qui semblent médiévaux (armoiries bûchées ?)
- Tour polygonale dont nous parlons ici
- Après le Rocher, juste avant le bar de la Navigation, petit cadre carré sur la tourelle (qui a été créée de toutes pièces par Jean-Pierre Franque "pour la symétrie" après le déplacement de la porte de la Ligne)

Après je n'ai rien repéré d'autre.

Donc en résumé, les "cadres" sont tous situés sur des tours...

Il faut toutefois signaler qu'encore plus au Nord, proche de la poterne de la rue du Rempart St Lazare, il y a une inscription qui a été faite directement sur la base des créneaux... A déchiffrer !

Écrit par : Alain Breton | 02/11/2012

On peut tous les voir avec le tag : cartouches :
http://avignon.midiblogs.com/tag/cartouches

À noter que ces cartouches sont placés assez haut (en plus le niveau du sol est monté avec le temps) et qu'aucune trace de gravure d'un texte ni de son bûchage n'est décelable.

Écrit par : Michel Benoit | 02/11/2012

Il me semble que l'hypothèse de panneaux de bois accrochés dans ces cartouches, pour servir d'affichage temporaire, avait été évoquée dans l'un de tes billets étiquetés "cartouche"...

Écrit par : Tilia | 03/11/2012

Damned ! Je me suis encore fait pièger par les "tags" auxquels je ne pense jamais...

Ceci étant, pour la tour de Langlade, on voit assez clairement que les trois panneaux sont des écus bûchés (avec autour une mouluration bien médiévale...).

Pour les autres, le cadre a été rempli avec de nouvelles assises de pierre... sauf le cartouche ovale, où l'on voit très bien que le fond et les moulures sont faits des mêmes blocs... Ce fond était-il enduit avec une inscription peinte et "éphémère" ? C'est bien possible !

Écrit par : Alain Breton | 03/11/2012

Les commentaires sont fermés.