Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Setanto an après l'oustau de Verclos | Page d'accueil | 7 plaço Teoudor Aubanel »

17/10/2012

Setanto an après Nosto-Damo-de-la-Principau

Soixante-dix ans après Notre-Dame-de-la-Principale
Seventy years after Notre-Dame-de-la-Principale

320178948.jpg

Photo Molinard.

Commentaires

on a perdu les statues des niches latérales et gagné des pavés et une calade

Écrit par : brigitte Celerier | 17/10/2012

Volées ou détruites, les statues ?...
Celle du haut a résisté aux agressions.
Moralité : pour vivre tranquille, vivons perchés :)

Écrit par : Tilia | 17/10/2012

Un bas de porte qui souffre comme le laurier dans sa caisse.
Un petit toilettage. Les niches désertées.

Écrit par : jeandler | 17/10/2012

Une restauration utile, mais que sont les statues devenues ?

Écrit par : Fardoise | 17/10/2012

Le ravalement était nécessaire. Dommage que les statuettes ne soient plus dans les niches.
Par contre pour la porte, il est temps de lui faire une tite restauration, surtout en bas.

Écrit par : Claude | 17/10/2012

A l'époque de la photo ancienne, l'église était occupée par les Pénitents Blancs (qui étaient là depuis la Restauration et se sont dissous en 1948). D'où le décor de pénitents agenouillés sur le fronton, dû si je me souviens bien à l'abbé Pougnet au XIX°.

Les satutes ont-elles été récupérées par certains confrères, ou par le Musée du Vieil Avignon.. ou bien volées ??

Écrit par : Alain Breton | 17/10/2012

Du progrès: un certain restaurateur, en face, n'y stocke plus ses emballages vides et déchets divers.

La statue de gauche a l'air, vu sa taille, d'un réemploi.

7 confréries de Pénitents dans la ville, cela faisait beaucoup de monde qui portaient des péchés...

Écrit par : Lou Ravi | 17/10/2012

Mystère autour de la disparition des statues des niches latérales, marque du temps sur le bas de porte. D'accord avec Lou pour saluer la disparition des poubelles et détritus encore présents il n'y a pas si longtemps.

Écrit par : nathalie | 19/10/2012

Les commentaires sont fermés.