Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Setanto an après 36 carriero Grando-Fustarié | Page d'accueil | 1963 : rintrado à la fac »

25/09/2012

Pous-de-l'Arelha : lou caire-fourc destrui en 1961

Puits-de-la-Reille : le carrefour détruit en 1961
Puits-de-la-Reille : the crossroads destroyed in 1961

232849544.jpg

Photos Molinard.

Le plan d'alignement de 1852.

Commentaires

navrant - d'autant que d'après la façade (belles fenêtres) le gros oeuvre était viable - et qu'est devenue la statue ?

Écrit par : brigetoun | 25/09/2012

Mais ce quartier avait un gros proprietaire et tres ami de Mr le maire (Mr de St Pry)(je ne connais pas son orthographe)3° homme de la bande
(Duffau/ Gregoire)(les gripessous)

Écrit par : Bourgue Michel | 25/09/2012

C'est la maison qui faisait l'angle du Puits de la Reille et de la rue des Grottes - soit le n° 7 sur le plan de 1852.

Conseil municipal du 13 février 1959 : décision d'abattre les maisons 41 et 43 rue Balance, 3, 5 et 7 rue Puits de la Reille, et 30 et 32 rue des Grottes. Les 41, rue Balance, et 7 rue Puits de la Reille (c'est donc celle là sur la photo !) sont classés, mais les MH viennent de les déclasser ce qui permet leur démolition !!!

Cette construction avait un bel aspect, qui me rappelle le style de la maison du Chanoine Rougier, qui subsiste encore rue Joseph Vernet en face du Musée Calvet.

Et le troisième homme, c'était le Comte de Saint Priest, mais il était surtout propriétaire dans les Fusteries...

Écrit par : Alain Breton | 25/09/2012

L'ai dans mes tablettes des niches sculptées disparues, on peut voir que la statue était intéressante. Mais la maison aussi, ne valait-elle pas un sauvetage ?

Écrit par : Fardoise | 25/09/2012

Je classe, je déclasse : s'interroger sur les Monuments Historiques...

Écrit par : jeandler | 25/09/2012

Je continue à creuseur, mais j'ai l'impression que c'est cet aller-retour sur le Classement qui fit naître la polémique en 1962... qui ne fit qu'enfler par la suite alors que, je le répète, des projets de démolitions totale de TOUTE La Balance étaient dans les tuyaux depuis les années 30...

Écrit par : Alain Breton | 25/09/2012

Sur le plan d'alignement de 1852, il est mentionné à la main sur certains lots : "Démoli".
Questions :
- Les démolitions auraient-elles commencé sous le second Empire ?
- Ces mentions manuscrites seraient-elles postérieures ?
- Le plan est-il bien de 1852 ?

Écrit par : Michel Benoit | 25/09/2012

J'avais noté en effet ces mentions.

Il ne fait pas de doute que le fonds du plan date bien du second empire. C'est le plan d'alignement conçu par l'architecte Eugène Pascal (grand_père du Pascal dont il est question en 1927 - 1928) .

Mais l'écriture des "Démoli" est bien moderne... et je confirme que les démolitions datent bien des années 1930, 40 et 50. Le versement de ce doc. aux AM est assez récent, il est probable qu'un fonctionnaire municipal zélé s'est permis de l'annoter pour s'y retrouver ! Voir d'ailleurs la surcharge du nom de rue "Pucelle" en "Calvet".

Cordialement,

Écrit par : Alain Breton | 25/09/2012

En regardant de plus près, je vois que la démolition des 2-4-6-8 rue Calvet et 23 rue Balance a été décidée en Février 1932, et qu'en Décembre de la même année on y ajoute les 25-27 rue Balance (immeuble Palun, acquis quelques mois auparavant).

Comme la démolition suivante (3-5-7-9 rue Fonderie et 18-20-22-24-26 rue des Grottes) est décidée en 1939 et poursuivie en 1940, et que ces immeubles ne sont pas portés "Démolis" sur le plan, il faut en conclure que les mentions datent du milieu des années 30...

Écrit par : Alain Breton | 25/09/2012

Les aller-retours des MH, ça me démoli :((

Écrit par : Tilia | 25/09/2012

J'ignorais que l'on pût revenir en arrière sur un classement au patrimoine...

Écrit par : Michel Benoit | 25/09/2012

Intéressantes infos sur cette vraie saga de notre ville. Saga que je connais mal. Résumée en partie ici:
www.culturecommunication.gouv.fr/.../Grandeur_patrimoine_extrait

J'ai une édition du Pillement (Défense et Illustration d'Avignon, 1945) qui est dédicacée par l'auteur à "Madame Delaye, qui se passionne pour la défense des beautés menacées de notre ville etc". Quelqu'un (AB of course ! ) saurait-il me dire qui pouvait être cette personne en qui G. Pillement salue un de ses alliés ? Merci.

Écrit par : Lou Ravi | 25/09/2012

N'est-ce pas "Deloye" ?

Écrit par : Michel Benoit | 25/09/2012

Lou, ton lien est une impasse qui mène vers une page de "login".

Écrit par : Michel Benoit | 25/09/2012

www.culturecommunication.gouv.fr/.../Grandeur_patrimoine_extrait....

Manquaient les points de suspension...

J'ai pensé aussi à Deloye. Mais si c'est la femme de Georges, cherchez l'erreur !!!

Écrit par : Lou Ravi | 25/09/2012

Alors, il n'était pas marié ?

Écrit par : Michel Benoit | 25/09/2012

Euh... Lou, il n'y a pas d'article dans la page de ton lien... Il y a encore le login...

Écrit par : Michel Benoit | 25/09/2012

Pour l'article en cause, j'ai essayé à maintes reprises d'en signaler l'intérêt, mais à chaque fois mon message a été "filtré" par le Webmestre de Midiblog (non, ce n'est pas Michel !)

En fait, il suffit de taper "Balance Guy Melicourt" sous Gogol (sans les guillements), le bouquin apparait dans les quatre ou cinq premiers. Article croustillant...

Non, Madame Delaye n'a rien à voir avec la famille Deloye (conservateur du Musée Calvet, à l'époque), je pense plutôt qu'elle présidait la fondation Flandresy-Espérandieu.

et que disait Pillement de la Balance ?

Écrit par : Alain Breton | 25/09/2012

Pillement dénonce la menace qui pèse sur La Balance en signalant qu’un pâté de maisons a déjà été jeté bas…Supprimer ce quartier créerait une dissonance. Il est souvent acerbe : « Mais qu’attendre d’une municipalité qui, ne cherchant qu’à enlaidir et avilir les abords de ses monuments les plus célèbres, vient d’édifier une ridicule pissotière en ciment mouluré juste devant les murailles etc. ». Je pense qu’il fait allusion à un coin des remparts près du pont St Bénézet. Il s’inquiète pour St Ruf et bien d’autres monuments. Mais les temps ont-ils vraiment changé ? Quid de nombreuses opérations pas piquées des vers comme celle d’Euromarché (Carrefour Courtine, Michel B y faisait allusion l’autre jour). Et le tracé du TGV, et la déviation des Angles, et actuellement la bataille à mener à Cavaillon pour sauver la Maison Jouve des visées de la Fondation Calvet…(tiens, on rejoint ici M. Le Comte dont nous parlait aussi MB l’autre jour). J’ai déjà dû parler de l’îlot de l’Oratoire ou de la conformation et de la hauteur du Mercure jouxtant le Palais. Il est bien MH ce Palais non ?
Merci pour Delaye. De Loye aurait été difficilement imaginable. Bon, faudrait un peu chercher des noms, du côté de ceux qui ont acheté, à l’origine, de la pierre dans la nouvelle Balance …Mais non, personne ne va pas balancer…Sourire..

En ce qui concerne la Maison Jouve Kabellion se mobilise, qu'on se le dise !

http://www.kabellion-leblog.fr/article-sauver-le-patrimoine-juif-de-cavaillon-87488769.html

Écrit par : Lou Ravi | 25/09/2012

Oui. Je me souviens de la verve acide de Pillement, qui faisait d'autant plus mouche qu'il dénonçait des choses visibles par tout un chacun, et que son esthétique, loin d'être celle sophistiquée d'un rêveur doctrinal, était au contraie frappée au coin d'un grand bon sens (j'ai en particulier en mémoire un passage où la vision des pseudo-tourelles de remparts qui ornaient les piles du pont de Villeneuve, lui faisait demander si l'on craignait le retour des Grandes Compagnies...

Il est vrai que finalement, elles sont revenues sous la forme de grandes compagnies... financières, qui nous rançonnent encore mieux que leurs vague parentèle du Moyen-Age...

Bon, pour rester dans la soldatesque, un dernier mot sur l'inscription que porte l'épicerie et qui commence par "AREA", il me semble avoir vu dans le temps les vestiges d'une identique de l'autre côté de la rue du Pont, n'étaient-elles pas là pour rappeler aux soldats américains qu'au delà de cette limite, un autre péril les guettaient ??

Écrit par : Alain BRETON | 25/09/2012

La biographie "Jeanne de Flandreysy ou la passion de la gloire", écrite par Christian Chabanis, est dédiée à Madame Roseline Delaye.
Madame Delaye et Mademoiselle Talbot étaient au Roure dans les dernières années de la vie de Jeanne et furent ses exécuteurs testamentaires.

Écrit par : Michel Benoit | 25/09/2012

Il me semble qu'il y avait une inscription du même type "Of limits" rue de l'Observance (différente de celle, qui n'a rien à voir, gravée dans la pierre), réalisée au pochoir. Curieux car je ne me souviens pas qu'il ait pu y avoir un bordel dans cette rue qui longe le carmel. Ou alors l'interdiction visait à protéger les Bonnes Soeurs...

Écrit par : Lou Ravi | 25/09/2012

Merci Michel, je sais maintenant à qui est dédicacé ce livre posé devant moi...Je reviens à l'inscription rue de l'Observance: elle y est encore peut-être. Dans tes photos aussi ?

Écrit par : Lou Ravi | 25/09/2012

Pour information. Mon grand-père maternel, Jérôme Valsecchi, était locataire avec sa famille au 30 de la rue des Grottes depuis 1919. En 1929, il acheta l'immeuble datant du XVI° qui comprenait 3 étages et un grenier à une agence immobilière du Portail Matheron. Il savait sa mise sous alignement, son prix était donc très intéressant. Il y fit faire les travaux nécessaires (notamment l'électrification à tous les niveaux). Mes grands-parents vivaient au 3° étage, et mirent en location 3 appartements. Ma grand-mère en a été expulsée en 1961.

Écrit par : Robert Garcia | 30/01/2016

Les commentaires sont fermés.