Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Quaranto-dous an après carriero dóu Vièi-Sestié 3 | Page d'accueil | Setanto an après l'ancian bàrri »

26/10/2012

1944 : autro istòri de pont

1944 : autres histoires de pont
1944 : others bridge stories

LES PONTS D'AVIGNON DETRUITS France Libre Actualités - 14/12/1944

Commentaires

merci - j'apprends

Écrit par : brigitte Celerier | 26/10/2012

non zut ! je ne peux pas - mais merci tout de même

Écrit par : brigitte Celerier | 26/10/2012

On y passe, on y passe...
mais sur le pont suspendu
on y passe plus

Écrit par : Tilia | 26/10/2012

J’ai souvent cherché dans ce film mon père qui était pontonnier. Le commentateur a un accent pas possible ! Le bombardement qui jeta le tablier du pont au fond du fleuve est celui du 25 juin 1944 au matin. Il toucha intra-muros la chapelle du Petit Séminaire. Robert Bailly nous parle de 150 Liberators qui larguèrent des bombes de 250 et 500 kg en quelques 1500 points de chute. Seulement une quinzaine de morts cette fois-ci.
Le pont de bateaux permit de soulager le bac l’Antoinette, seul moyen pour se rendre dans le Gard. On ne devait pas en mener large sur ce bac, simple barcasse, quand on voit la force du fleuve sur ces images…Etabli près du parc fluvial du Génie le pont de bateaux va de la cave viticole de l’île Piot à la porte Saint Dominique. On reconnaît au passage l’impressionnante carcasse de l’hôtel Dominion (Bd Raspail, Sécu aujourd’hui) déjà touché le 25 mai et « achevé » le 17 juillet (le Dominion abritait des services du commandement allemand). Lors des grands travaux de réaménagement du Rhône (années 70-75) j’avais trouvé par dizaines des ancres telles jetées dans le reportage.

Écrit par : Lou Ravi | 26/10/2012

alors il n'y a que pour moi que ça dit que le lien ne fonctionne pas ?

Écrit par : brigitte Celerier | 26/10/2012

On dirait Brigitte. Essaie sur le site de l'INA :
http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/seconde-guerre-mondiale/video/AFE86002910/les-ponts-d-avignon-detruits.fr.html

Écrit par : Michel Benoit | 26/10/2012

Sapeur du genie en 1972 nous batissions des ponts sur le Rhône à la "petite vitesse"
Ces barques à fond profond pesent et sont tres lourdes à manoeuvrees ( obligation canoe à moteur)
Les traverses pour le tablier pas de problemes sinon de ne pas trebucher via Mr Le Rhône.
Par contre le Rhône pousse enormement et degage une horrible puanteur
Heureusement quand 1972 la guerre etait finie car nous n'etions pas de tres bons soldats

Écrit par : Bourgue Michel | 26/10/2012

Entre les les français qui ont fait sauter des ponts pour freiner l'avance des troupes envahissantes et les allemands qui en ont fait sauter d'autres pour freiner l'avance des libérateurs, beaucoup de ponts ont été reconstruits.

Écrit par : Claude | 26/10/2012

J'ai traversé Les Ponts-de-Cé
C'est là que tout a commencé

Une chanson des temps passés
Parle d'un chevalier blessé,

D'une rose sur la chaussée
Et d'un corsage délacé,

Du château d'un duc insensé
Et des cygnes dans les fossés,

De la prairie où vient danser
Une éternelle fiancée,

Et, j'ai bu comme un lait glacé
Le long lai des gloires faussées.

La Loire emporte mes pensées
Avec les voitures versées,

Et les armes désamorcées,
Et les larmes mal effacées,

Oh ! ma France ! ô ma délaissée !
J'ai traversé Les Ponts-de-Cé.

Louis Aragon, les Yeux d'Elsa, 1942

Écrit par : jeandler | 26/10/2012

Non point de Loire, ni de Garonne
Pas plus de Seine, c'est le Rhône !

Le chevalier à la rose - 2012

Écrit par : Michel Benoit | 26/10/2012

Ah, Aragon...Jeandler en 1942, justement, il était à Avignon. Peut-être s'est-il assis avec Elsa chez Mon Bar (Portail Matheron) que fréquentait à l'époque Pierre Seghers. Aragon, Elsa, quels poètes ! La Diane française m'a tiré des larmes. (mais aussi quels faux-culs ces deux-là, chut, faut pas le dire c'est très inkorrect !).

Écrit par : Lou Ravi | 26/10/2012

Merci de participer à ma devinette, Bichel !

Écrit par : Claude | 26/10/2012

Message à Lou Ravi, ma première impression en voyant la grande carcasse était de voir la structure de l immeuble à la hauteur défiant le miracle dont j avais entendu dire qu il fut commencé sans permis de construire avant guerre et que les circonstances firent que le besoin de logements aprés-guerre le laissa terminer. Bien -sur le Dominion était bombardé, mais je ne le vois pas si "proéminent" . Peut-on demander à Michel un arrêt sur image pour mieux y voir.
F.C

Écrit par : challiol | 28/10/2012

En allant chemin de l'île Piot (avec Street View par exemple) on reconnaît au loin la forme de cette bâtisse. Il s'agit de la grosse résidence qui se trouve tout au bout du boulevard Raspail, juste avant le rempart.

Écrit par : Michel Benoit | 28/10/2012

Les commentaires sont fermés.