Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« Quatre-vint an après lou Grand Semenàri | Page d'accueil | Cènt-e-vint an après carriero Peiroularié »

19/06/2012

Atmousfèro 1900 : lou "Vilo de Lyon" es en tantaro

Atmosphère 1900 : le "Ville de Lyon" est sur le point d'arriver
Atmosphere 1900 : the "Ville de Lyon" is about to come

1194090609.jpg

Commentaires

je ne m'en lasse pas de cette série

Écrit par : brigetoun | 19/06/2012

Très attendu
il siffle il agite la cloche de bord
tout le monde sur le pont.
Une fête.

Écrit par : jeandler | 19/06/2012

Magnifique document avec ces voitures hippomobiles et les habitations en arrière plan

Écrit par : Tilia | 19/06/2012

Le quai a l'air d'avoir sa largeur d'aujourd'hui. Sur la photo précédente, un effet d'optique ou un autre point du quai ?

Les canassons, pas très gras, cherchent quelque maigre herbe près du mur. Diligences et calèches attendent ceux qui vont débarquer et qui auront tant à raconter. Bourgeois, ouvriers, cochers et cyclistes, élégantes et femmes en chignon, tout ce monde se parle, discute, se mêle plus qu'il se côtoie. A côté le fleuve large et dru passe dans le silence de ses tourbillons et c'est un peu de la force des Alpes qu'il charrie sous le rempart. Bientôt le Ville de Lyon, en remontant, apportera les embruns salés et la gloire du Pays d'Arles. La ville savait encore vivre, partager et tout craindre au rythme de son fleuve. Et le Ville de Lyon, outre la curiosité que constituait sa propulsion à deux tambours latéraux, mettait en joie Avignon et ses enfants du Rhône.

Écrit par : Lou Ravi | 19/06/2012

La route semble curieusement blanche et je ne crois pas que ce soit seulement un reflet du soleil de l'après-midi. C'était du caillou blanc concassé des Alpilles ?

Écrit par : nathalie | 19/06/2012

Caillou blanc la matière première du cantonnier (on y reste) :
http://avignon.midiblogs.com/archive/2011/11/27/cent-an-apres-balouard-sant-doumenge.html

Écrit par : Michel Benoit | 19/06/2012

Il ne manque que le "radar".....

Écrit par : bourgue | 19/06/2012

Lits du Rhône et Durance, carrières des Angles et Villeneuve fournissaient sables, graviers et cailloux. Poussière garantie les mois secs !
Ce que je sais, pour répondre à Nat': Le Ville de Lyon était un bateau de plaisance (comme notre Mireio) et non de ligne régulière ( lignes disparues avec le chemin de fer) qui allait principalement de Lyon à Avignon. Sa grande capacité (1200 passagers) et surtout je pense ses roues-tambours impressionnantes à la manoeuvre attiraient les foules. On m'a raconté aussi dans ma famille du Teil, les spectaculaires bateaux-anguilles (très longs ils pouvaient avoir un "jeu" de déplacement latéral de la coque), les toueurs (ils remontaient le Rhône en s'accrochant à un câble momentanément immergé) et les bateaux-crabes (roue dentée qui faisait avancer le navire en s'accrochant au fond dans les eaux basses).
Je n'ai connu que les Citerna ! et encore, à la fin...
Sur la batellerie et le Ville de Lyon intéressantes photos dans "Avignon clichés du passé"

Écrit par : Lou Ravi | 19/06/2012

Les commentaires sont fermés.