Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


« Atmousfèro 1900 : lou pont de pèiro | Page d'accueil | Tout l'art di Coumpagnoun »

17/08/2012

Atmousfèro 1900 : un batèu-lavadou

Atmosphère 1900 : un bateau-lavoir
Atmosphere 1900 : a laundry boat

3140376042.jpg
Photo Mouret 1908

Commentaires

et l'étendage sur la digue
belle photo une fois encore

Écrit par : brigetoun | 17/08/2012

On remarque bien ici qu'il n'y a pas encore de cloches dans le clocheton, mais un pavillon le surmontait... Qui pourrait dire approximativement quand les cloches furent installées au dessus de la chapelle St Nicolas (dédiée au saint protecteur des mariniers) ?
(pardon pour le hors sujet)

Écrit par : Tilia | 17/08/2012

Et l'eau? Elle est où l'eau?
L'odeur de vase?

Écrit par : chri | 17/08/2012

belle photo...!, la rambarde sur le PONT est là...,c'est l'hiver...?, le PONT sert de toit au bateau des lavandières...?, un spectacle, le Rhône tout au long de l'année...tantôt flaque, tantôt envahissant Avignon...+ le Mistral...!, + la Durance...!, et le parlement...,il me semble...?.

Écrit par : patricia gauthier-bonnal | 17/08/2012

J'en ai vu de toutes sortes des lavoirs, mais un lavoir bateau, jamais.Quelle découverte !

Écrit par : Claude | 17/08/2012

Toujours cet étonnement à voir les eaux aussi basses. Lors de la crue de 1856 (et elle a été moins forte que celle de 1840) l'eau arrivait en haut de la rambarde de l'arrière-bec du pont.
Les cloches de la chapelle: un de nos meilleurs spécialistes de St Bénézet, Alain Breton, doit avoir la réponse.

Ce lavoir-ci fut, je crois, le premier créé, fin XIXème. Deux autres furent installés plus tard de l’autre côté du pont. On lavait généralement à genoux comme dans les lavoirs de village. Et comme sur le bateau des bains il y avait une grille en dessous. Ici c’était afin de récupérer le linge que l’on avait pu lâcher. J'ai vu des carcasses de bois de ces bateaux à Valence. Il y en avait un peu partout au bord des grands cours d'eau au débit variable, avant l'arrivée de l'eau courante dans les immeubles. Retenus par de solides câbles ils montaient ou descendaient par rapport à la rive en fonction du débit du fleuve. Nos lavandières redoutaient le passage des vapeurs, et notamment du Ville de Lyon qui, lorsqu’il s’aventurait du côté du pont, provoquait des remous qui soulevaient la vase et «salissaient» l’eau.

Trouvé ceci sur le site de l'INA:

http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/RXF04039016/les-derniers-bateaux-lavoirs-de-laval.fr.html

Écrit par : Lou Ravi | 17/08/2012

Le niveau de l'eau est bien bas.

À Orléans, on en est à créer une réplique d'un bateau lavoir ! À grands frais du contribuable.
Restaurant-bar, etc. près de la réplique de l'Inexplosible qui déjà par deux fois a fermé boutique. Que Dieu vous en garde.

Écrit par : jeandler | 17/08/2012

Ça m'étonnerait, Jeandler, qu'Avignon décide de restituer un bateau-lavoir !..

Écrit par : Michel Benoit | 17/08/2012

Intéressant lien, Lou, cette vie des bateaux-lavoirs vue de l'intérieur en 1969.

Écrit par : Michel Benoit | 17/08/2012

Intéressante photo, mais dire que l'on lavait le linge là, hum ! Aujourd'hui il ne serait pas conseillé de faire sa lessive dans le Rhône, mais déjà à l'époque le fleuve ne semblait pas si propre que ça. Je vois bien le quai actuel avec du linge étendu tout du long :-)

Écrit par : Fardoise | 18/08/2012

Il faut considérer que cette photo a été faite à l'occasion d'un étiage important du Rhône.
Le côté désolé de la grève est dû au retrait du fleuve.

Écrit par : Michel Benoit | 18/08/2012

Écrire un commentaire