Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

« D'autre bouino... | Page d'accueil | Meme coumbat »

25/04/2012

Setanto-sèt an après 64 carriero Jóusè-Vernet

Soixante-dix-sept ans après 64 rue Joseph-Vernet
Seventy-seven years after Joseph-Vernet st. 64

4144149990.jpg245693988.jpg

Commentaires

la statue superbement troussée n'était pas encore là ?

Écrit par : brigetoun | 25/04/2012

La façade débarrassée de tout superflu, retrouvant ses proportions...
La niche est là mais sans la statue elle aussi revenue

Écrit par : jeandler | 25/04/2012

Des paniers de pique-nique sur le trottoir !
Il y avait là, au 64, la CaixaBank. Et une autre banque avant ? En ce cas, et en en croire la plaque apposée à gauche de la porte (avec des ailes de Mercure semble-t-il), ce pouvait être en 1935 le siège de la toute nouvelle BNCI qui s'installera en fait au 39 de la rue de la Ré. La jolie "vierge" de la niche (à la gloire des Côtes- du-Rhône) est de Vincent Lievore:
http://www.vincent-lievore.odexpo.com/

Écrit par : Lou Ravi | 25/04/2012

Non, Brigetoun, la statue est moderne. Elle a été réalisée à l'occasion d'un concours de sculpture pour repeupler les niches vides d'Avignon. Il s'appelait je crois "Les oubliées d'Avignon".

Donc, Jeandler, la statue n'est pas revenue...

Merci Lou de retrouver le sculpteur !
Cette maison fut longtemps celle du chanoine Rouquier d'après ce que j'ai lu. Quand j'étais jeune, c'était un antiquaire dont les objets garnissaient le trottoir et les montants de la porte.

Écrit par : Michel Benoit | 25/04/2012

Les lignes sombre, horizontales, jusqu'à un mètre de hauteur sur les façades, sont les traces de l'eau après la décrue d'une inondation...

Écrit par : Michel Benoit | 25/04/2012

Les inondations: ce sont celles de novembre 1935 (celles de décembre furent moins importantes) et la photo que tu nous montres indique que la hauteur de l'eau est encore plus importante que celle des clichés classiques où l'on voit barques et passerelles de bois, clichés généralement pris alors que le niveau a baissé. On voit encore les traces de boue sur le pavé et probablement, à côté des paniers, des objets inondés mis au rebut. A gauche les vitres de la fenêtre n'ont pas résisté (emplanchement). Nous sommes en hiver et au 64 , malgré le froid, on aère pour tenter de sécher. Ceux qui le pouvaient quitteront leur domicile pour quelque temps. Aucun souvenir de l'antiquaire, mais grâce à toi, cela va revenir...
La crue dura du 9 au 24 novembre avec des amplitudes espacées que l'on retrouve bien ici. L'imprimerie Rullière réalisa un n° souvenir sur ces tragiques évènements.

Écrit par : Lou Ravi | 25/04/2012

Les commentaires sont fermés.